Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

AGRICULTURE SENEGALAISE : Production en hausse, filière à la traine

Le Ministre de l’Agriculture, Papa Abdoulaye Seck, a donné les chiffres les plus récents sur la hausse de production des cultures céréalières pour la campagne agricole de l’hivernage 2018.

 

Le riz, l’arachide, le sorgho sont ainsi, toujours sur des tendances haussières et la production arachidière de cette année va même atteindre 1,5 millions de tonnes.
Pratiquement, toutes les autres céréales, en dehors du mil qui a vu sa production de 2018 baisser de plus de 10% par rapport à celle de 2017, ont augmenté leur rendement de plus de 50% sur les cinq dernières années. Le maïs et le coton sont à ranger dans cette même dynamique baissière.

Le seul hic est l’absence de filière en amont pour absorber toute cette bonne performance au niveau de la production. Autrement dit, il n’y a pas encore assez d’intermédiaires bénéficiant d’une base financière solide et aussi de silo de stockage, d’usine d’engrenage et de complexe agro-industriel pour que l’effort mis sur la modernisation et la mécanisation de l’agriculture soit optimisé.

De toute évidence, les politiques de valorisation de filière définies et mises en application par le Ministre Papa Abdoulaye Seck et ses équipes montrent leur efficacité. Et, il faut bien leur accepter cette réussite qui est en passe de faire de l’agriculture sénégalaise une agriculture moderne et performante.

La mise en place de filière bien intégrée avec des intermédiaires financièrement solides ainsi que les schémas techniques d’industrialisation pour intégrer l’agro-industrie avant le stade de la commercialisation de produits finis et prêts à être consommés sont les nouveaux chantiers de cette agriculture.

Cela requiert de la part des Ministères comme ceux de l’industrie, des PME et PMI ainsi que celui du Commerce à devoir se normer sur les mêmes standards de performance que ceux que Papa Abdoulaye Seck et ses équipes ont mis en place pour améliorer la productivité des variétés agricoles.

A défaut, les agriculteurs et l’Etat auront beau fournir des efforts et consentir des sacrifices, mais les stocks vont s’accumuler et encourager la spéculation sur la baisse des prix.

Partager

Une pensée sur “AGRICULTURE SENEGALAISE : Production en hausse, filière à la traine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *