Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Karim Wade et Khalifa Sall : Une amnistie générale en vue

C’est le journal Jeune Afrique, certainement le mieux introduit dans le cercle des chefs d’État Africains, qui nous l’apprend dans sa dernière livraison. Macky Sall envisage une amnistie au profit de Karim Wade et de Khalifa Sall.

 

Karim Wade, candidat aux prochaines élections présidentielles du 24 février 2019 a peu de chance d’y participer.
En effet, selon le code électoral, pour être candidat, il faut être inscrit sur les listes électorales. Or Karim a été rayé des listes, suite à sa condamnation.

En détention préventive depuis avril 2013, il a été jugé et condamné pour enrichissement illicite en mars 2015 par la Cour de Répression de l’ Enrichissement Illicite à 6 ans de prison et 138 milliards FCFA d’amende.

Une condamnation qui n’est pas susceptible d’appel.

Il est cependant gracié et exilé au Qatar le 23 juin 2016 et depuis, n’à jamais remis les pieds dans son pays. Il envisage cependant de rentrer pour faire prévaloir ses droits à briguer le suffrage de ses concitoyens.

Quant à Khalifa Sall, autre adversaire sérieux du candidat Macky Sall, en détention depuis mars 2017, et condamné à cinq ans de prison pour escroquerie sur les fonds publics et faux en écriture de commerce, il verra sa condamnation confirmée le 30 aout 2018 par la Cour d’ Appel de Dakar.

Une peine qui, à l’image de Karim Wade, lui ferme les portes du palais présidentiel, vu qu’elle l’empêche, si elle est confirmée en cassation, de participer aux présidentielles.

Selon donc le journal Jeune Afrique, le président Macky Sall envisage de leur accorder une amnistie qui, à la différence de la grâce, efface toutes les peines, comme si elles n’avaient jamais existé. Une mesure qui rétablit donc les condamnés dans tous leurs droits.

Seulement, et la précision est de taille, cette amnistie, n’interviendra qu’après les élections présidentielles. Autrement dit, lorsque ses deux adversaires ne constitueront plus aucune menace à son maintien au pouvoir.

Serigne Mbacké Ndiaye

Partager