Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Les grandes lignes des programmes des candidats a la présidentielle en RDC

La campagne pour les élections du 23 décembre en RDC a commencé effectivement avec des appels lancés par le président de la CENI et les promesses « d’alternance » de l’opposition.

 

Le processus électoral est entré dans sa dernière ligne droite avec le lancement ce jeudi ( 22.11.18) de la campagne électorale. La plupart des 21 candidats à la présidentielle ont déjà dévoilé leurs programmes de gouvernance qui sont :  en finir avec les groupes armés dans l’est du pays et restaurer la dignité du Congolais. Deux projets que l’on retrouve dans tous les programmes présentés par les prétendants au fauteuil présidentiel.

Fayulu pour la réforme de la loi éloctorale

L’opposant Martin Fayulu, dont la candidature est portée par quatre des six principaux leaders de l’opposition, s’est montré favorable au rétablissement des élections à deux tours et consacrer le principe de double nationalité. Mais la priorité pour l’opposant est avant tout d’obtenir l’alternance. « Le peuple veut l’alternance, le peuple veut que les 20 ans des Kabila (père et fils) de misère, de tuerie, d’insécurité soient oubliés. Notre objectif c ‘est des élections crédibles, transparentes et apaisées », a décalré Martin Fayulu. 

Martin Fayulu (Getty Images/AFP/T. Charlier)

Ramazani veut renforcer l’autorité de l’Etat

Pour sa part, Emmanuel Ramazani Shadary, dauphin du président sortant Joseph Kabila, entend remettre le pays sur la voie d’un Etat redevable envers ses citoyens. « Le renforcement de l’autorité de l’Etat et l’amélioration de la gouvernance politique est pour notre vision l’axe principal ; c’est le pilier principal qui sous-tend la mise en œuvre de tous les programmes sous toutes ses facettes », insiste le candidat de la majorité présidentielle.

Kongo Emmanuel Ramazani Shadary (REUTERS)

Kamerhe insiste sur la relance de la production locale

L’opposant Vital Kamerhe se démarque  avec un programme tiré du modèle de développement du Brésil. Un programme  qui repose sur l’agriculture. « On ne peut pas se develloper si l’on ne sait pas que dans les provinces du Maniema et de Sankuru il faut le riz et le pondu (Feuilles de manioc ), et au Kivu il faut le haricot et les pommes de terre…Nous disons c’est l’homme au centre de notre programme. Et ce pays il nous faut 5 ans seulement pour que la RDC devienne le Brésil », a assuré M. Kamerhe

DR Kongo Vital Kamerhe (Getty Images/AFP/J. Wessels)

Les projets de société des candidats varient entre 80 et 120 milliards de dollars pour le premier mandat. Les grands défis reste cependant la mobilisation des recettes. La RDC compte principalement sur le secteur minier gangrené par la corruption.

Le début de la campagne a été entaché par l’annonce de violences en provenance de la région instable du Kasaï (centre), avec la mort samedi de militants faisant campagne pour un candidat du parti présidentiel à l’Assemblée nationale. Trois hommes ont été décapités, selon le fils d’une des victimes et un candidat du Parti du peuple pour la démocratie et le progrès social (PPRD) Richard Ilunga Ntumba.

Partager