Presse

Aide à la presse : Contrairement à leurs allégations, tous les patrons de presse ont  retiré leur chèque 

Spread the love

Dans le sillage des  autres secteurs de la vie économique, la presse n’a pas été épargnée par   la pandémie du coronavirus qui a lourdement impacté sur sa compétitivité, voire menacé son existence.

A L’image  de nombre d’autres secteurs (transport, éducation, culture, industrie…) elle a bénéficié de la mansuétude de l’état pour lui permettre de surmonter la mauvaise passe. 

C’est ainsi que l’aide à la presse habituellement plafonnée à 700 millions est passée à 1, 4 milliard cette année.

Selon le ministre de la communication, en dehors  des entités publiques notamment l’ Aps, Le Soleil et Cesti, les bénéficiaires sont au nombre de 392 :

Les grands groupes médiatiques avec plusieurs supports  (07), les autres groupes avec au moins deux supports (07), la presse écrite régionale (06), les radios privées commerciales (15), la presse écrite quotidienne (15), les périodiques (43), les radios communautaires (143), la presse en ligne (156).

Certainement mécontents des sommes perçues, certains patrons de presse n’ont pas hésité  à décliner l’aide que leur a octroyée l’état.

C’est en tout cas ce qu’ils ont affirmé dans des communiqués.

C’est tout faux, d’ après Abdoulaye Diop.

« Je peux vous affirmer que les chèques sont retirés. «  

Malgré leurs cris d’orfraie et leurs allégations, ils ont donc bien  accepté l’argent de l’état.

Seul un grand groupe a craché (pour le moment !!!) sur la manne financière, ajoute le ministre :

«  Lequel groupe est passé de 15 millions l’année dernière à 30 millions cette année, soit du simple au double. »

Nhnews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *