LE FAIT DU JOUR – Addiction à la Reculade : Macky Sall et le Syndrome du Moonwalking

Spread the love

Il a fait la gloire de Mickaël Jackson, le Moonwalking ( Moon = lune, walk = marche ), appelé aussi Back- Slide ( rétro – glissade ), une dance très en vogue dans les années 80 qui a fait florès avec les mouvements Smurf et Breack Dance. Les années 80, une Période où Macky Sall était en pleine jeunesse et devait avoir beaucoup admiré les  » Dakar City Breakers  » et savouré Lionel Richie dans  » All Night Long  ».

C’est connu, il est souvent très difficile de s’extirper de l’ambiance dans laquelle a baigné votre jeunesse…au point d’en devenir nostalgique.
En observant la stratégie de reculade qu’il a fini par élever au rang de Marque de Fabrique, nul doute que Macky Sall est adepte du Old School et surtout du Moonwalking.

Chaque fois qu’il est confronté à une pression, il recule.

Cette politique du rétropédalage, il en use beaucoup plus qu’à son tour, au point de réduire l’autorité de l’état à la portion congrue : des Talibès qu’il avait promis de retirer de la rue, à la fermeture des mosquées en passant par l’interdiction du transport interurbain, du couvre feu, au procès du maître coranique qui avait ferré ses élèves. Plutôt que de faire preuve d’autorité eu égard à la pertinence des mesures prises, le président de la République a préféré faire du Back Slide.

Même s’il a pris le soin de la noyer dans une batterie d’autres mesures, l’ouverture des mosquées est la résultante de la pression exercée sur lui par les familles religieuses.

Le réaménagement des heures du couvre feu et la levée de l’interdiction du transport interurbain font suite aux manifestations qui ont pris naissance à Touba et Mbackè et qui allaient s’étendre sur tout le pays.
Macky Sall qui n’a parfois même pas besoin de pression pour reculer.
Après avoir annoncé en grandes pompes que les cours allaient reprendre le 02 juin, déplacé des milliers d’enseignants, stressé des dizaines de milliers d’ élèves et de parents, faire couler des litres d’encre et de salive sur la pertinence de cette ouverture alors qu’ il était évident que les conditions requises n’étaient nullement réunies, le président decide a la veille, de sursoir à la mesure.

Le rétropédalage est certes une stratégie politique. On peut cependant se poser une question : est ce que toujours reculer fait avancer ?

Serigne Mbacke Ndiaye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *