Dette : le Sénégal pris à la gorge par les privés étrangers 

Spread the love

Le Chef de l’Etat Macky Sall a procédé ce jeudi 25 juin 2020 au lancement officiel des activités du comité  pour l’annulation de la dette publique africaine à la chambre de commerce de Dakar. Le Sénégal compte à travers cette  initiative inciter les bailleurs étrangers notamment les privés à renoncer à l’argent qu’ils ont prêté aux pays africains. Cette action qui est appuyée par la France et le Pape François vise à permettre à notre pays de financer ses projets de développement sachant que les recettes budgétaires ont connu une baisse drastique. 

La dette de l’administration centrale du Sénégal est 54% du PIB. Celle des entreprises publiques telles que la SENELEC est de 7% du PIB. Notre pays espère que les privés étrangers vont renoncer à la dette pour lui permettre de mettre en œuvre son plan de résilience économique. 

La somme des deux dettes, administration centrale et sociétés publiques, équivaut ainsi à 61% du PIB. Elle ne devait pas atteindre 70% tel que suggéré par la charte de l’UEMOA. Néanmoins, selon les confidences faites à votre site en ligne, il y a eu une dérogation à cause de la pandémie du coronavirus. C’est dans ce cadre que le chef de l’Etat a signé l’ordonnance portant loi de finance rectificative.  Par contre, il faut que les bailleurs privés acceptent de jouer le jeu. 

Les pays du G20 ont accepté le principe du moratoire. Seulement, les sources de nouvelhorizon.sn nous renseignent que nos principaux créanciers qui sont les privés étrangers à travers notamment les euros bonds se refusent toujours à cette idée. C’est ce qui est communément appelée la dette commerciale. 

Le niveau de la dette du Sénégal était de 8000 milliards FCFA lors du vote du budget 2020. Pour cause, le ministre des finances a été autorisé à emprunter 1300 milliards pour l’année en cours lors de la loi de finance initiale. Une somme à laquelle va venir s’ajouter plus ou moins 600 milliards qui équivalent à l’argent décaissé par les partenaires de notre pays pour lui permettre de faire face au coronavirus.  Une partie de cette somme constitue un don. 

Omar Ndiaye 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *