Fonds force covid 19 : la grosse désillusion 

Spread the love

Le fonds force covid 19  doté d’un financement de 1000 milliards FCFA a suscité beaucoup d’espoir pour les médecins notamment. Mais les blouses blanches se sont très vite rendu compte qu’elles ne sont pas la priorité des autorités. Au contraire, le secteur de la santé qui se retrouve avec 64 milliards est le parent pauvre de la riposte contre le coronavirus. Au moment où  l’Etat a décidé de soutenir le privé national à hauteur de 802 milliards. 

Grande a été la surprise de certains médecins lorsque nous avons décidé de partager cette information avec eux. Ils n’en croyaient pas leurs yeux. Pourtant, ils ne pouvaient nier l’évidence. C’est donc sans surprise que l’on apprend aujourd’hui que les doctorants en santé ont décidé de quitter les centres de traitement contre le coronavirus. Avant eux, les forces de l’ordre qui passaient la nuit à la belle étoile pour faire respecter l’Etat d’urgence avaient décidé de lever le pied à cause, sans doute, des modiques primes qu’elles ont reçues. 

Les nuits sénégalaises sont ainsi devenues ce qu’elles étaient. En tout cas, dans les quartiers, les jeunes continuent de jouer aux noctambules faisant fi des recommandations pour arrêter la propagation de la pandémie du coronavirus. Ils ne sont pas les seuls. Dans les moyens de transport aussi, le port du masque n’est plus systématique. Il y en a même qui vont jusqu’à enfreindre la règle concernant la distanciation sociale en prenant plus de clients qu’il ne faut en prenant bien sûr le soin de dire à ceux qui n’ont pas de place de s’asseoir par terre.  

C’est comme si le rapport de confiance entre gouvernants et gouvernés s’était effrité. Les attentes des uns et des autres n’ont pas, en effet, été satisfaites. Médecins, infirmiers, entre autres, n’en peuvent plus d’espérer de voir leur condition salariale changer. Les professionnels du transport eux ont été les premiers à se faire entendre. Les conducteurs de moto Jakarta de Tamba, les chauffeurs de Touba n’en pouvaient d’attendre l’aide qui leur a été promise. Elle  n’est jamais venue. Ventre creux n’a point d’oreille, disait l’autre. Mais le pire reste à venir. 

L’état n’en est pas conscient peut être. Mais, le transport coûte de plus en plus cher à cause de la pandémie du coronavirus. C’est donc sans surprise que nous avons appris la grogne des agents du ministère de l’agriculture qui demandent une revalorisation salariale.  Le gouvernement doit s’attendre à faire face à des réclamations de ce genre de la part d’autres fonctionnaires ; surtout ceux qui sont obligés maintenant de se rendre au pole urbain de Diamniadio. 

Omar Ndiaye 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *