Le Bloc-notes de Abdou GNINGUE – Journalistes ou mannequins?

Spread the love

Au Sénégal nous assistons à un phénomène tout nouveau. Des journalistes sont devenus… des mannequins et souvent… fiers de l’être. Qui n’a pas remarqué sur une bande défilant au bas de l‘ecran de certaines émissions la mention « tel est habillé par
tel tailleur » avec son adresse professionnelle et son téléphone SVP! 

Les  autres tailleurs qui ont choisi votre chaîne pour regarder leurs émissions préférées mais qui n’ont pas la chance de connaître quelqu’un qui puisse les recommander pour faire valoir leurs produits sur les plateaux ne seront ils pas frustrés par des professionnels censés être équidistants de tous les artisans? Le journaliste mannequin qui porte la chemise ou le grand boubou, le caftan ou que sais-je encore, d’un tailleur mêlé dans une affaire louche pourra-t-il aller couvrir cet événement en arborant l’œuvre du supposé délinquant?

Sera-t-Il objectif en couvrant cet événement ?Non! Il faut arrêter cette nouvelle mode de s’habiller… gratuitement ? par certains journalistes.

Ces journalistes savent très bien qu’il s’agit là d’une corruption Passive. Tout journaliste qui se respecte doit éviter toute forme de corruption active ou passive. Ce phénomène est constaté sur les plateaux de plusieurs télévisions (publique comme privée) et les femmes journalistes y ont ajouté une autre couche c’est celle de la coiffure et des fois du maquillage. Je ne parle pas des animateurs qui sont des….artistes qui sont des artistes parmi les artistes. Dis moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es !

Le journaliste qui travaille dans une chaîne de télévision doit avoir normalement une prime d’habillement. De notre temps c’était la norme et tous les mois cette indemnité était versée au journaliste. Il n’était pas question de se faire habiller par un quelconque tailleur fut-il le meilleur sur la place.

Je crois que le Conseil National de l’audiovisuel devrait se pencher sur la question. Une chaîne, même si elle est privée, elle fait du service public donc ne doit favoriser aucune catégorie professionnelle au détriment des autres. L’association nationale des tailleurs devrait se saisir de la question et la poser à qui de droit.
Surtout que cette association à travers des publireportages participe au renflouement des caisses de ces chaînes à travers des émissions à la veille des grandes fêtes comme la Korite et la Tabaski. C‘est les fameux défilés de modes organisés par les animateurs vedettes connus. Suivez mon regard!

Je me demande si le Cored, chargé de veiller sur la pratique de l‘éthique et de la déontologie ne devrait pas jeter un coup d‘œil sur la question?
On a l’impression que sous nos tropiques nous copions souvent très mal. Mais il y a des professions qui font fie à la  latitude où se trouve le journaliste. Il doit rester le même partout.

Nous aimons nous référer aux démocraties occidentales pour tirer à boulets rouges sur nos régimes politiques. Mais quand  il s‘agit de notre profession on pense pouvoir la tropicaliser. Pourquoi vouloir changer le comportement du journaliste quand on est sous les tropiques et penser que cela est normal. Vous imaginez un journaliste de CNN, de TF1, France2, de la BBC ou de n’importe quelle télévision occidentale habillé par les grands couturiers et voir défiler à l’écran pour annoncer que notre journaliste du jour est habillé par telle grande maison de couture? Jamais au plus grand jamais!  Pourquoi on se comporte pas de la sorte? Sachant que notre pratique est bannie de par le monde, par les autres journalistes professionnels sérieux dont la seule ligne de conduite est le respect strict de l’éthique et la déontologie de leur profession!

Il y a pire, certains journalistes, toujours sous les tropiques, prêtent leurs voix, j‘allais dire…vendent leurs voix(ils sont rémunérés grassement) pour vanter un produit commercial. Si demain, la maison qui fabrique ce produit est impliquée dans un scandale financier ou un blanchiment d‘argent ou fraude fiscale, je me demande comment ce journaliste, grand éditorialiste va commenter cette affaire?

Les exemples on peut les multiplier à l‘infini! Je ne parlerais pas de ces journalistes qui se glorifient, à l’antenne et souvent en direct parce qu‘ils sont amis pour ne pas dire le confident d’une haute personnalité, publique ou privée ! Mais quelle est la personnalité qui n‘aimerait pas être l‘ami de tous les journalistes? Dites le moi SVP si vous en connaissez! Donc ce n‘est point une gloire pour un journaliste que d‘être connu par des personnalités car c‘est  son  travail qui  lui  donne cette possibilité d‘approcher tous les grands de ce monde qui ont tous besoin de nous! Il faut arrêter ce trafic d‘influence dont le seul but est d‘arnaquer des gens naïfs qui pensent pouvoir se servir du journaliste pour obtenir une audience ou un privilège ou que sais-je encore?

L’émission Jakarlo de la TFM a donné l’occasion aux animateurs sur le plateau d’évoquer la question relative au déboulonnement de beaucoup de statues dans le monde. Un invité de l’émission qui, certainement n‘a rien compris. Il a souhaité faire déboulonner la Stèle de Jean Mermoz située sur la route de Ouakam, en face du quartier Mermoz, pour magnifier les faits de ce héros et pionnier de l‘aviation civile internationale.
Le 10 mai 1927, Il inaugure la ligne aérienne Toulouse(France)-Saint Louis du Sénégal sans escale.
Le 12 mai 1930, à bord d‘un hydravion Latécoere 28 , Il réalise pour la première fois la liaison Toulouse(France)-Saint Louis (Sénégal)-Natal au Brésil.

Un tel pionnier qui a réalisé des prouesses dont notre pays est cité pour ne pas dire associé mérite d‘avoir une Stèle au pays du Donner et du Recevoir.

Après une dizaine de traversées de l‘Atlantique Sud, Jean Mermoz décolle de Dakar le 7 décembre 1936 à bord de La Croix du Sud. Quelques heures plus tard, on capte le message radio suivant: Coupons moteur arrière droit. Rien ne fut retrouvé de La Croix du Sud qui s‘est abîmé en mer. C‘est la disparition d‘un héros.

Un tel Héros, qui grâce à lui nous nous envolons de Dakar pour Toulouse voire Paris et le reste du monde, mérite une stèle à Dakar. Et les autorités sénégalaises ont été bien inspirées en donnant son  nom au quartier de Mermoz, situé en face de l‘Ocean où ce héros a perdu la vie. C’est notre Père Léo, homme de vision, qui est passé par là. Cet homme de la Civilisation de l’Universel et du rendez-vous du Donner et du Recevoir mais aussi de la Détérioration des termes de l’échange. Autant de sujets d’actualité dans ce monde devenu un gros village comme le prédisait le chercheur et théoricien canadien des médias Herbert Marshall McLuhan.

Abdou GNINGUE
Journaliste Citoyen du monde rural

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *