Le Bloc-notes de Abdou GNINGUE – Le loup…enfin !

Spread the love

Dans une de mes chroniques, juste après les premières déclarations des putschistes maliens, je vous disais qu’il y avait un Flou… artistique dans leurs propos. Dans un Flou on retrouve toujours un… Loup caché. C’était pour dire que ces militaires ont pris le pouvoir et veulent en… jouir le plus longtemps possible. Ils avaient proposé une transition de 3 ans pour organiser des élections dans un pays où l’orde républicain n’est respecté que dans la moitié du territoire national.

Eh oui! Les Djihadistes sont passés par là. Nos jeunes colonels fatigués parce qu’ils se sont certainement battus!? dans le désert du Nord Mali, veulent goûter, comme les civils, aux bureaux et autres voitures climatisés de Bamako, loin des tempêtes de sable et chaleur du Nord. Pour montrer qu’ils sont de grands guerriers, ils ont sorti la veille de la concertation nationale, un communiqué dans lequel ils annoncent avoir défait des Djihadistes à Kayes, dans le Sud Mali.

Moi qui croyais que les Djihadistes (les vrais guerriers) sont dans le Nord Mali. D’ailleurs, dans un autre communiqué, ils s’empressent de demander aux forces étrangères, surtout la France, de rester pour protéger le Mali. Eh oui, pour pouvoir bien jouir du pouvoir, en toute quiétude! Tout cela pour prouver aux participants qu’ils assurent bien la Défense et la Sécurité des maliens.

C’était pour pouvoir convaincre les uns et les autres sur la nécessité de les laisser gouverner ce pays le plus longtemps possible.

Après les injonctions de la Communauté Économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) demandant un président civil pour diriger la transition, les putschistes ont coupé la poire en deux. Ils ont nommé… un Colonel à la retraite, reversé dans la vie… civile. Le vice président sera… un militaire actif en la personne du Colonel Goita.

Dans la charte, le vice président sera plus…puissant que le président. Il aura en charge les questions de sécurité et de restructuration de l’Etat malien. Que restera-t-il au président? Inaugurer les chrysanthèmes!
Celui qui nous disait que quand les militaires prennent le pouvoir, personne ne sait ce qu’ils ont dans la tête ou au bout de leurs godasses, avait bien raison.

Pour le moment, la CEDEAO maintient l‘embargo contre le Mali tant qu‘il n‘y aura pas un vrai civil à la tête du gouvernement. C’est fait. L’ancien ministre malien des Affaires étrangères Moctar Ouane a été nommé Premier ministre de la transition. Reste à savoir maintenant s’il aura les coudées franches pour s’acquitter de sa tâche. Il est positionné entre le marteau du Président, un demi militaire et l’enclume du Vice Président, un militaire et homme fort de la transition.

Chez le Père Houphouet, en Côte d’Ivoire, ça sent le roussi! Henri Konan Bedie, 86 ans, Baoule et candidat à la présidentielle d’octobre, milliardaire en CFA dans les années 1970 et président de la République après la mort du Vieux Baoule, va faire face au President sortant Alassane Dramane Ouatara Dioula. Dans un pays où les questions ethniques divisent plus que jamais les citoyens, on peut être inquiet quant au déroulement du prochain scrutin.

Houphouet Boigny n’avait il pas tord de privilégier le matériel par rapport à l’intellect dès les premières années de l’indépendance acquise en 1960.

En effet, comme on l’a dit dans notre dernière chronique, Houphouet s’etait lancé dans la mise en place des infrastructures et des vastes plantations de café et cacao au détriment de la construction de la conscience citoyenne et de l’appartenance à une même Nation. On se rappelle de sa fameuse réponse au chef de l‘État français, le Général Charles de Gaule qui souhaitait qu‘une Universite française lui décerne un Doctorat Honoris causa, il lui dit: « moi je suis paysan, je cultive la terre, donnez ce diplôme à Léopold Senghor l’intellectuel qui cultive les lettres. »

Le résultat aujourd’hui, en Côte d’Ivoire les clivages ethniques empêchent la cohésion nécessaire pour bâtir une Nation. Le Nord des Dioulas, d’où est originaire Alassane Dramane Ouatara, président sortant, est opposé au Centre et au Sud du pays fief des Baoules, bastion de Henri Konan Bedie. Aujourd’hui, cet échec vient de ce refus de cultiver les lettres , pour ne pas dire les esprits par Houphouet Boigny comme l‘avait fait le Président Senghor. Le Père Léo mettait la Culture au coeur de la politique nationale sénégalaise.

Celle-ci a permis de façonner l’Homosenegalensis, pour en faire un citoyen conscient qui choisit de vivre volontairement, en commun et dans la paix, avec les autres, parce qu’appartenant à un même pays et à une même Nation.

Les hommes politiques ivoiriens doivent revoir leurs copies pour que leurs concitoyens aient une Commune Volonté de Vivre en Commun dans une seule entité : la Nation ivoirienne.

La députée Mame Diarra Fame a fait le Buzz la semaine écoulée. Selon cette députée de la diaspora et membre du Parti Démocratique Sénégalais (PDS), elle a été agressée par des nervis qui seraient envoyés par un maire d’une commune de la banlieue. Mais quelques jours après, le conseiller en communication du maire incriminé, un handicapé moteur qui se déplace avec des béquilles, révèle que c’est lui le fameux nervi dont parle Mme la députée. Elle a dû vociférer en italien, une langue qu’elle maitrise et aime bien, quand cet accusé qui ne peut pas tenir sur ses deux jambes est venu l’agresser.

On apprend que les deux parties qui se rejettent cette agression ont obtenu chacune un certificat médical d’incapacité de travail du même nombre de jours. Aux dernières nouvelles, l’Association des handicapés du Sénégal a décidé de porter plainte contre Mme la députée et demande la levée de son immunité parlementaire pour défendre leur membre.

Certains politiciens, opportunistes et chasseurs indécrotables de gains…politiques et mais aussi pécuniaires , ont tout de suite profité de cette situation confuse pour prendre faits et causes (Photo à l’appui) pour la députée. L’Association des handicapés saura apprécier cette démarche par rapport aux prochaines échéances électorales.

Abdou GNINGUE
Journaliste Citoyen du monde rural

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *