Urgent: L’un des survivants des prisons de Kara est décédé cette nuit

Spread the love

“Serigne Khassimou Niang” n’aura pas longtemps vécu sa remise en liberté. Et, il ne connaîtra pas non plus le précieux de la liberté après un si longue période de détention arbitraire, de séquestration, de déshumanisation et agrémentée par des séances répétées de tortures appelées faussement “pratiques de redressements.” Il est mort des suites de la maltraitance vécue chez Serigne Modou Kara.

Libéré des camps de séquestration de Serigne Modou Kara, à Guédiéwaye, “Khassimou Niang” faisait partie du lot des personnes gravement malades que les gendarmes avaient conduit à l’hôpital Principal de Dakar pour y suivre des soins. Après des heures d’observation dans ce centre hospitalier, le plus important du pays, Serigne Khassimou Diagne avait été ventilé par la structure sanitaire vers le dispensaire Nabil Choucair de Dakar. “C’est là bas qu’il est, finalement, décédé hier soir“, ont soufflé à Kéwoulo des sources proches de sa famille. Né en 1975, le défunt s’appelait Sidy Karassou Diagne et était natif de Dakar.

C’est sa famille, qui trouvait son comportement inadapté aux us et coutumes de cette société, qui l’a fait séquestrer dans le Guantánamo sénégalais de Serigne Modou Kara. Réputée être la plus exécrable de tous les camps d’enfermement et d’endoctrinement de la “Kara Sécurité”, Darou Salam est le camp où a été emprisonné Sidy Karassou Diagne tout ce temps.

Libéré en même temps que 213 de ses compagnons d’infortune, l’homme qui vient de rendre l’âme rêvait d’assister au jugement des 13 geôliers qui l’avaient torturé pendant tout son séjour et l’avaient tenu prisonnier tout ce temps. Finalement, c’est devant Dieu qu’il aura l’opportunité de donner sa version des fait. Et dire toute la souffrance qui a été la leur dans ce camp mouroir.

Avec Kewoulo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *