Interdiction de la vente de carburant au détail : La mesure sème l’inquiétude dans le milieu du transport

Spread the love

« Il est fréquent de voir un de nos véhicules tomber en panne sèche au milieu de la route » argumente le chef de la gare de Messeré. Le chauffeur est alors obligé de courir rapidement se ravitailler à la station la plus proche avec un bidon.  

« Nous fonctionnons ainsi avec cette morosité économique qui fait que nous ne pouvons pas faire le plein tous les jours. »

Même inquiétude chez les pompistes : «  Cela va surtout affecter le Super, du nom du carburant utilisé par les clandos et d’autres qui ne sont pas en bon état. La dernière fois que cet arrêté  a été pris il y a quelques mois, j’arrivais à peine à vendre 300 litres de Super alors qu’en temps normal je peux écouler jusqu’à 700 litres rien que pour la vente en détail dans des bidons » confie Ibrahima.

Nhnews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *