LE FAIT DU JOUR – Pastef : Hydre de Lerne ou Mouton de Sacrifice ?

Spread the love

De la réponse à cette question existentielle,  dépendra certainement  l’avenir à court ou moyen terme du parti dont la décapitation n’est plus qu’une question de temps. L’échafaud (accusations, levée de l’immunité parlementaire, interpellations des cadres) est en train d’être dressé.… Et le couperet (les peines qui seront prononcées) s’abattra tôt ou tard.

Toute la question est de savoir si, à l’image de l’Hydre de Lerne d’autres têtes régénéreront ou à l’instar du mouton égorgé, le parti restera étêté.    

En effet, Birane Souleye Diop (Administrateur général du parti)  et Abass Fall (coordonnateur de Pastef à Dakar) sont sous mandat de dépôt. Patricia Mariame Ngandoul (épouse de Birane Souleye Diop) Dahirou Thiam, Fatima Mbengue et Bawar Dia sont sous contrôle judiciaire.

L’inculpation du numéro 2 du parti, en attendant la levée de l’immunité parlementaire du numéro 1 (Ousmane Sonko accusé de viol) qui devrait intervenir dans 48 heures présage d’un parti sans ses principaux dirigeants  dans les semaines à venir.

L’interpellation d’Assane Diouf, Guy Marius Sagna et Clédor Séne  (s’ils sont inculpés) privera Pastef de ses principaux défenseurs dans la société civile.

Décapité  et  privé de son armure séculière que constituent ces 3 activistes, le principal parti d’opposition du Sénégal aura t-il les ressorts nécessaires pour se maintenir à flot ou finira t-il par sombrer comme un bateau sans pilote ?

Dispose t-il d’une équipe de relève capable de suppléer l’absence de la première cordée ? 

Etant donné la gravité des charges qui pèsent sur ses principaux chefs, y a t-il assez de cadres pour assurer l’intérim si jamais ils sont condamnés à des peines de prison ferme ?

La jurisprudence Khalifa Sall est là pour témoigner de la pertinence de la question.

Maitre incontesté de Dakar, ( il était à la tête de 16 des 19 communes de Dakar ) il a vu sa formation politique sombrer durant son séjour en prison parce qu’il n’y avait pas de ressource intellectuelle capable de maintenir la flamme vive en attendant son retour.

Barthélémy Dias a certes essayé de chauffer le fauteuil, mais sa personnalité clivante et son caractère abrasif  ne lui ont jamais permis de se hisser à la hauteur de la tache.

Des mois après son retour, Khalifa Sall est toujours incapable de redonner à  Tahawu Sénégal son lustre d’antan.

Si la nature a horreur du vide, un parti politique encore plus.

Serigne Mbacké Ndiaye  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *