Le Bloc-notes Abdou GNINGUE – Tapis rouge !

Spread the love

Le Sénégal est secoué par une série de scandales qui n’honorent pas des honorables députés qui sont cités dans une histoire de trafic de passeports diplomatiques. Il s‘agit  de deux députés membres du groupe parlementaire Benno Book Yakaar ( majorité présidentielle) Mamadou Sall et Sadio Dansokho. Ils auraient collaboré avec un certain El hadji Diadie Conde qui serait le cerveau de cette affaire.

Il aurait confectionné de faux certificats de mariages avec les députés en question pour permettre aux dames, supposées mariées, d’avoir des passeports diplomatiques parce se considérant (frauduleusement) comme les épouses de ces députés. Ces derniers auraient fourni leurs papiers administratifs pour rendre plus crédible l’opération.

On apprend, outre ces deux députés, que les enquêteurs seraient en train de traquer 6 autres parlementaires.

Mais la question que les Sénégalais se posent c’est de savoir pourquoi la justice n’a pas encore mis en branle le processus de levée de l’immunité parlementaire de ces députés, pour que la lumière éclate dans cette affaire. Le mode Fast Track, utilisé pour lever l’immunité parlementaire du leader de PASTEF, Ousmane Sonko, mêlé dans une affaire de viol, devrait être appliqué ici, sans tenir compte de l’appartenance politique des députés cités dans cette sale affaire.

Nul n’est au dessus de la Loi. Et puis, ces députés devraient prendre leur courage à deux mains et démissionner, pour sauver pourquoi on les appelle….Honorable. Comme  l’avait fait leur ex collègue Bougazelli,  impliqué dans une affaire de trafic de faux billets de banque. Ils faciliteraient ainsi le travail de la justice et mettraient à l’aise leur camp politique. Si cette immunité des députés n’est pas levée, l’opposition politique n’aura pas à mener campagne pour les élections locales du 23 Janvier 2022. L’autre camp lui aura déroulé le tapis rouge, pour remporter le prochain scrutin. Parce qu’il s’est opposé, à une traduction en justice, de deux de leurs membres cités dans cette affaires de trafic de passeports diplomatiques.

Cette situation, ramène sur le tapis, le mode de désignation de nos députés. Certaines personnes sont des députés, mais ne savent pas comment se comporter pour représenter dignement leurs électeurs. C’est pourquoi, les observateurs dénoncent la fameuse liste nationale, qui vient compléter les listes départementales. Cette liste nationale est une sorte de fourre-tout où on inscrit des personnes, souvent, non aptes à un mandat parlementaire. En effet, elles sont souvent, choisies pour calmer une frustration ou récompenser un bienfaiteur du parti ou de la coalition. C’est ce qui produit le comportement de certains députés qui vous disent je suis député d’Untel. Au lieu d’être député de sa localité ou du Sénégal.

La règle devrait être simple: que chaque député soit élu par les populations qui le connaissent parce que prêt à défendre leurs intérêts au Parlement. Parce un député avec tous les avantages liés à la fonction (salaire de plus d’1 million de nos francs en plus des centaines de litres de carburant) devrait être à l’abri de certaines tentations délictuelles. Mais hélas, certains députés, malgré tous ces avantages, se comportent comme de véritables personnes besogneuses.
C’est triste !

Le feuilleton, sur le trafic des passeports diplomatiques,  continue avec la mise sous mandat de dépôt de Kilifeu et Simon de Y  EN  A MARRE. Ce mouvement au cours d’une conférence de presse, j’allais dire un meeting de presse, où il y avait Ousmane Sonko, PASTEF,  Barthélemy Diaz, Taxawu Sénégal, Babacar Diop, Guelewar. A l’occasion, on a encore servi, aux Sénégalais, cette fameuse thèse du complot quand un membre de l‘opposition  politique ou de la société civile, est impliqué dans une affaire louche, criminelle ou autres. Il s‘agirait, selon tous les orateurs, d‘un complot pour liquider le mouvement. C’est à croire que, si un chat attrape une souris chez vous, c’est un complot d‘Etat.

Selon, notre bon sens paysan, comment des personnes, impliquées (Video à l’appui) dans des trafics de passeports et de visas, peuvent-elles parler de complot. On se demande par qui ? Et à quelle fin?

Notre Sonko national explique que le régime de Macky SALL veut atteindre moralement le mouvement Y EN A MARRE. Mais, peut-être que, le leader de PASTEF, pensent que les Sénégalais ne sont pas dotés de bon sens parce que tout le monde sait que le mouvement est discrédité et atteint moralement, à travers ces vidéos les montrant, négocier voire discuter fermement, du coût de l‘opération qu’ils veulent mener pour….aider un ami,….en lui réclamant des millions.

Qu’on arrête ce disque rayé de  complot orchestré par le pouvoir. D’ailleurs, le chargé de la Communication du mouvement Cos M23, Abou Diallo, disqualifie Y EN A Marre car selon lui, « le mouvement Y EN A MARRE, s’est détaché des idéaux d’une société civile. C’est un conglomérat de businessmen, de politiques, qui profitent de l’appui d’ONG et de lobbies pour subsister. Il faut savoir dire la vérité aux Sénégalais ».

Tant pis, pour les avocats du diable, qui essayent de laver, Kilifeu et Simon, à grande eau, avec force détergent, pour rétablir leur crédibilité auprès des Sénégalais. C’est peine perdue !

Au village, tout ce que nous réclamons, c’est que justice soit rendue, aussi bien pour les gens de Y EN A MARRE que pour les deux députés de Benno Book Yakaar.

Nous restons vigilants, parce que nous avons constaté qu‘à chaque fois qu‘un homme politique ou de la société civile, est impliqué dans une affaire, on crie au complot ou à la liquidation d‘un homme. Mais, s‘il s‘agit de nous autres Gorgorlous, la justice y va en mode Fast Track pour aboutir à une condamnation. Il faut que cela cesse, car tous les citoyens sont d‘egale dignité.

Le Ministre de la Santé publique, Abdoulaye Diouf Sarr, à l’approche de la rentrée scolaire et universitaire, a envoyé une circulaire au personnel médical de toutes les régions, pour lui demander, de privilégier la vaccination du personnel enseignant et des étudiants ou élèves aptes pour recevoir des doses anti Covid 19. Il est vrai, dans notre pays, la vaccination est un acte volontaire mais quand on choisit d‘être enseignant, ayant en charge des dizaines d‘enfants pendant 9 mois,  la moindre des choses est de servir de modèle. Ici il s’agit d’une question de santé publique où il faut se protéger et protéger les autres.

C’est pourquoi, on ne comprend pas cette levée de boucliers, de certains syndicats d‘enseignants, qui, vent debout, menacent de perturber l’année scolaire, à cause de cette circulaire du ministère de la santé. Un enseignant doit être un citoyen modèle dans la mesure où il participe à la formation et à l’éducation….du citoyen de demain.

Maintenant, refuser de se vacciner et aller sur les plateaux de télévision, le proclamer triomphalement, est indigne d’un éducateur. Les animateurs de ces émissions où ces personnes s’expriment, ne font pas leur travail. Ils doivent les remettre à leur place et les ramener à la raison en leur disant qu’il n’y a pas de quoi se bomber le torse en disant qu‘on est anti vaccins. Cette attitude est celle d‘un danger public en vagabondage.

C’est pourquoi, le Pr Seydi, qui dirige l’ équipe de lutte contre le Covid 19 dans notre pays, a bien raison de dire que tous « les anti vaccins sont des criminels »
Cause pour laquelle, au village, nous demandons au gouvernement d’obliger tous les enseignants, à qui nous confions nos enfants pendant 9 mois sur 12, à se vacciner, comme cela se fait dans d’autres pays. Pour tous  ces anti vaccins , leurs salaires devraient être suspendus. Un enseignant qui refuse de se vacciner et interdit à sa femme et ses enfants de le faire, devrait être exclu du système éducatif de notre pays et radié de la fonction publique.

Parce qu’un tel enseignant, n’incitera jamais ses élèves à se faire vacciner. Donc, il faut que ces activistes, en mal d’activités bénéfiques pour la communauté, soient mis hors d’état de nuire. Un point c’est tout !

Abdou GNINGUE
Journaliste Citoyen du monde rural

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *