Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

La Chine veut sa part du gâteau pétrolier sénégalais

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est la première fois que le président de la République Populaire de Chine (RPC), Xi Jinping, effectue une visite d’Etat de deux jours au Sénégal, les 21 et 22 juillet prochains. Depuis toujours, la Chine tablait sur le Sénégal en raison de ses ressources halieutiques et de son secteur du BTP (Henan China). Or, ce qui fait courir le plus la RPC en Afrique est avant tout, les ressources minières (minerais) et les ressources minérales (le pétrole et le gaz).

En 2005, l’avantage pour la République Populaire de Chine, d’établir des relations diplomatiques stables avec le Sénégal, tenait essentiellement à un possible effet d’entraînement sur une bonne partie des pays africains, permettant aux produits chinois (vêtements, chaussures, céramique, électroménager, thé, etc..), d’accéder à  un marché (Cedeao) de 300 millions de consommateurs.

A cet effet et pour la Chine, le Sénégal a l’autorité légitimée par une culture politique et institutionnelle reconnue exemplaire en Afrique. C’est pourquoi pour la Chine, le Sénégal revêt une importance géopolitique significative dans sa stratégie africaine.

De le géopolitique (Influence) à la géo-économie (business)

Depuis 2017, en plus de son intérêt géopolitique pour le Sénégal en raison de sa position géographique et de son influence politico-institutionnelle en Afrique de l’Ouest, la Chine a désormais un intérêt geoeconomique pour le Sénégal, à la faveur de la découverte du pétrole et du gaz, à la fois onshore (sur la terre ferme) et offshore (en haute mer). Et tout change.

Désormais, c’est le président Xi Jinping qui prend les choses en main et va devoir (re)venir davantage au Sénégal, en plus de la présence de l’Ambassadeur de la République Populaire de Chine au Sénégal et des entreprises publiques d’Etat de la Chine . Avant, l’intérêt s’était porté sur le marché de consommation de l’Uemoa avec comme porte d’entrée le Sénégal et le  »magistère d’influence » du Senegal dans la sous-région.

Aujourd’hui l’intêret de la Chine porte sur le marché et la ressource (pétrole et gaz). Et ne compte pas laisser les occidentaux profiter seul du pétrole et du gaz sénégalais.

A charge pour nous de choisir entre rester un enjeu pour les autres ou être acteur grâce à nos ressources naturelles.

 

Sire SY

%d blogueurs aiment cette page :