Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

La dissolution de l’Assemblée rangée aux oubliettes, Niasse reste président

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les leaders politiques made in Sénégal sont d’humeur changeante. Alors qu’il était prévu de dissoudre l’assemblée nationale, les autorités ont fait une croix sur cette idée. Le compagnonnage entre Macky Sall et Moustapha Niasse est loin de connaître son épilogue.

Les autorités pensent que l’idée de dissoudre l’Assemblée nationale n’est plus pertinente. Pour cause, le régime de la deuxième alternance est convaincu du fait qu’il va perdre les élections législatives si celles-ci devaient être couplées aux élections locales.

C’est la raison pour laquelle, il a été convenu de laisser le secrétaire général de l’Afp à la tête de l’hémicycle. Ses alliés de l’Apr estiment qu’il serait dangereux de se séparer de lui alors que Benno Book Yakaar a une majorité confortable au parlement.

Ainsi, l’État compte mettre en avant la stabilité au sein de la coalition présidentielle pour permettre au chef de l’État de continuer à gouverner sans souci. Même si le problème n’est pas pour autant résolu.

Macky Sall est toujours préoccupé par le fait que le mandat des députés va arriver à expiration deux ans avant le sien. Néanmoins, il sait que la rupture prématurée de son alliance avec Moustapha Niasse et le parti socialiste pourrait le mettre en danger.

D’autant plus l’Afp a fait savoir qu’elle allait avoir un candidat en 2024.

Une annonce qui s’apparente plus à une menace sachant que cela fait suite à la sortie de maître Aissata Tall Sall qui a demandé à ce que le parlement soit dissout pour permettre l’organisation d’élections législatives anticipées.

Le parti socialiste s’était aussi insurgé contre cette proposition.

Les apparences sont donc trompeuses.

Macky Sall semble être pris en otage par ses alliés. Ces derniers ne comptent pas rester les bras croisés au moment où le Pds compte tirer profit de son rapprochement avec le régime. Pour dire que le président de la République devra écouter l’avis des partis de gauche sur cette question.

Omar Ndiaye

Laisser un commentaire