Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

L’APR entre en zone orageuse

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La sortie de Aliou Sall contre ses ennemis de l’intérieur tapis au sein de l’APR et gravitant autour du Président Macky Sall est révélatrice d’un climat d’affrontement féroce qui sévit au sein du parti présidentiel.

La perspective du départ prochain de Macky Sall au terme de son 2e et dernier mandat de la présidence de la République paraît avoir libéré toutes les ambitions et donne déjà lieu à une guerre de positionnement au sein des cadors de l’APR.

La religion la mieux partagée étant celle que le successeur de Macky Sall doit sortir des rangs de l’APR et non d’un autre parti membre de l’alliance présidentielle ou pire encore de l’opposition ou de la société civile. Déjà, des coteries se forment et des alliances se nouent en direction de 2024.

Et d’ores et déjà, certains théorisent l’autorisation de courants pour jauger les différentes influences  qui secouent le parti. Autour d’un noyau de militants APR issus des flancs du PDS et d’autres du PS, une dénonciation est menée contre un prétendu groupuscule de Trotskistes qui autour de Mimi Touré et de Mahmoud Saleh aurait déjà pris en otage le Président Macky Sall et se positionnerait, ainsi, comme le groupe le plus solide dans la perspective d’un dauphinat au sein de l’Apr. 

Certains voient dans la chute de Mahamad Boun Abdallah Dionne de la Primature et du limogeage de Amadou Ba de l’Economie et des Finances leur empreinte. Ce qui conduit à trois éliminés avec déjà Alioune Badara Cissé dans le cadre de la guerre de succession.

Les temps à venir risquent d’être très agités au sein de l’APR où une grogne fustige l’absence de structuration et d’animation du parti que Macky Sall a imposé sans en fournir les raisons depuis son avènement à la tête de l’Etat.

%d blogueurs aiment cette page :