Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Le bloc note de Abdou GNINGUE : Égale dignité

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le temps de la politique politicienne est terminée. Chacun dans son domaine d’activité doit se ceindre les reins et apporter à notre pays ce qui lui revient après 59 ans de souveraineté internationale. Pour paraphraser le President John Fitzgerald Kennedy, il faut toujours demander ce vous avez fait pour votre pays et non se dire tout le temps qu’est ce mon pays a fait pour moi! Les hommes politiques se comportent comme s’ils étaient les seuls enfants de ce pays.

Que non! Le paysan de Fongolemby, de Ndiongolor, de Aéré Lao, de Sacré Cœur, du Plateau de Dakar ont les mêmes droits et les mêmes devoirs au sein de la Nation. Alors pourquoi quand il y a une coupure d’eau ou d’électricité dans un quartier de n’importe quelle ville du SENEGAL on crie au scandale.

Alors que dire des millions de Sénégalais qui n’ont pas encore accès à de l’eau potable malgré les efforts des différents régimes qui se sont succédé depuis 1960! Personne ne crie au scandale. On entend pas les professionnels des droits de l’homme monter sur leurs grands chevaux pour dénoncer une telle situation!

La seule réaction qu’on entend si réaction il y a. c’est une demande à ces populations d’attendre un programme qui sera mis en place pour résorber ce déficit du liquide précieux avec souvent l’appui de la coopération internationale. On peut en dire autant pour l’électricité, les infrastructures sanitaires et autres commodités qui existent dans les grands centres urbains de notre pays.

Au début de l’indépendance en 1960, les nouvelles autorités avaient comme objectif majeur de faire bénéficier à tous les citoyens le minimum de commodités. Qui ne se souvient pas de la création, dans toutes les capitales départementales et chef lieu d’arrondissement, des épiceries modernes appelées Chaîne Avion avec l’appui des Canadiens et devenues plus tard SONADIS (société nationale de distribution du SENEGAL) cédées aux hommes d’affaires sénégalais pour les impliquer dans l’économie nationale.

On sait la triste fin de ces boutiques modernes pour mauvaise gestion. Ces supérettes auraient dû se développer et devenir ces grands hypermarchés qui nous viennent d’Europe que nos hommes d’affaires j’allais dire hommes affairés, cherchent à faire partir du SENEGAL pour concurrence déloyale. La nature a horreur du vide et avec cette mondialisation, le monde devenu un gros village les hommes et les femmes, grâce aux moyens modernes de communication, savent ce qui se passe dans tous les points du globe.

Le bien-être étant un objectif partagé par tous chacun aspire à y accéder .
Dans le domaine de la communication sociale, il y avait les Centres régionaux et départementaux de l’information qui étaient de véritables Cybercafé avant la lettre.

En effet, dans ces centres on trouvait un peu de tout. Il y avait des salles de lecture, de projection de films, d’écoute radio et d’autres activités ludiques qui permettaient d’occuper les citoyens de tous les âges et les ouvrir au reste du monde. Ces centres ont été héritées par l’Agence de Presse Senegalaise en 1972 après la première réforme administrative et territoriale qui en a fait pour en fait ses bureaux régionaux.

Il y avait aussi des écoutes radio communes à travers des hauts parleurs installés dans les grands places à travers le pays. Après les émissions, les citoyens décortiquaient ce qu’ils venaient d’écouter.
En décryptant les différents discours des candidats à la présidentielle on sent une certaine volonté politique de vouloir mettre tous les citoyens au même pied d’égalité quant à l’accès aux ressources et autres richesses de notre pays.

Le President Macky SALL guidé par cette philosophie veut que chaque Sénégalais où qu’il se trouve sente qu’il est d’égale dignité avec les gens des villes. C’est du reste ce qui est concrétisé par la communalisation intégrale.

Fini le temps du complexe de supériorité vis à vis des gens qui n’habitaient pas dans une commune. Dans le cadre du partage des richesses nationales on citera les bourses familiales et ce programme d’urgence communautaire pour l’implantation des infrastructures et autres commodités comme les forages et châteaux d eau pour alléger la corvée de l’eau et l’électrification rurale.

Pour le prochain quinquennat, au pays profond , nous pensons que le President doit accélérer la cadence. C’est possible grâce à la manne du pétrole et du gaz. Ce n’est pas un optimisme béât mais plutôt une projection dans un avenir très proche et qui est prometteur selon les économistes. En tout cas nous l’encourageons à tenir les promesses faites pendant les trois semaines de campagne électorale qui lui ont permis d’être fraîchement à jour par rapport aux besoins de nous autres citoyens.

La prochaine équipe qui sera mise en place doit continuer le travail entamé en 2012 dans le cadre du Plan SENEGAL Émergent et qui, au bout, fera de chacun de nous un homme heureux parce qu’ayant accès à toutes les commodités du monde moderne.

Mais attention, nous aurons toujours notre Thiere Mboum (ne souriez pas chers cousins Al Pulaar) vous aussi vous aurez votre fameux Lachiri Haako et la navette Express Jotnaci de la Poste va continuer à convoyer régulièrement vers le Fouta, les produits frais du Sine.

Abdou GNINGUE
Journaliste Citoyen du monde rural.

%d blogueurs aiment cette page :