Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Le bloc note de Abdou GNINGUE : Livre blanc, Avenir sombre!

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La coalition Idy President 2019 vient de publier un livre blanc sur la dernière élection présidentielle. Elle a listé une série de manquements qui auraient conduit à la victoire de Macky SALL dès le premier tour. Un Coup KO comme diraient les ivoiriens.

Mais suite à la publication de ce pamphlet on peut se poser la question: Et Apres? On peut légitiment s’interroger quand on revient sur les  » preuves!? » avancées théoriquement.

L’exemple le plus saugrenu de ces preuves ce sont les bureaux fictifs dont parlent les auteurs du livre. Comment des bureaux fictifs ont-ils pu produire des procès verbaux fictifs signés par des représentants des candidats (qui ne sont pas des fantômes mais des personnes en chair et en os) qui ont validé ces documents incontestés par ces mêmes candidats. D’ailleurs le candidat Ousmane Sonko a dit qu’il ne faisait pas de recours pour contester  » des procès verbaux signés par ses représentants  » Sic! Et puis étant donné que la coalition avait par dévers elle ces semblants de preuves, comment se fait-il qu’elle ne les a pas portées à la connaissance du juge des élections.

Non! Il faut arrêter de divertir les Sénégalais qui ont les yeux rivés sur l’avenir prometteur de notre pays grâce à l’exploitation future du pétrole et du gaz qui est imminente. Ce livre blanc de Idy President 2019 annonce t-il.

Un avenir sombre pour ne pas dire…noir de l’ancien futur 4eme President. Cette élection pourrait être sa dernière après les échecs successifs de 2007, 2012 et 2019. En 2024, Idy va-t-il entrer dans la danse en face de jeunes loups aux dents longues comme Ousmane Sonko et les nouveaux jeunes qui certainement sont entrain de se préparer pour affronter les Vieux jeunes que sont Abdoul Mbaye, Madicke Niang, Issa Sall et Khalifa Sall?

Le poste de Premier ministre est retiré de l’agencement de l’Exécutif sénégalais. Mais Mahamad Boune Abdallah Dionne en sa qualité de Ministre d’Etat, Secretaire General de la présidence de la République aura, entre autres tâches, accès à tous les dossiers qui devront atterrir sur le bureau du chef de l’Etat et venant directement des ministres.

Certains vous diront bien que c’est un poste de premier ministre qui ne dit ne dit pas nom. Pourquoi donc tant d’énergie déployé par l’opposition pour s’opposer au vote de la loi qui supprimait le poste de Premier ministre qui n’était rien d’autre que le premier sur la liste des membres du gouvernement que le président de la République pouvait révoquer à tout moment. N’est ce pas Abdoul Mbaye, l’ancien premier Premier ministre de l’ère Macky1, défenestré après prés de deux ans de fonction.

On ne sait toujours pas les raisons de son limogeage. Peut être il va produire un jour un livre…Blanc pour nous conter son compagnonnage avec celui qui est devenu son ennemi public numéro1. C’est un devoir d’ingratitude comme disait l’autre.
Pendant le débat à l’Assemblée nationale, le Ministre de la Justice Garde des Seaux Malick Sall qui y faisait son baptême de feu a failli suivre certains députés de l’opposition dans leurs critiques crypto-personnelles.

Il a répondu à certains en portant sa casquette de militant pur et dur de l’APR. C’est des attitudes à éviter dans l’avenir pour garder une posture républicaine surtout quand on est ministre de la Justice, Garde des sceaux.

Pendant le vote de cette loi supprimant la Primature, un député Serere a cassé la baraque devant son cousin de Ministre Al Pulaar. En effet, avec cet accent de Sereer bon teint, il a traduit tout ce qu’il avait dit en… Pulaar(chers cousins ne riez pas), je dis bien en Pulaar et aussitôt après il est passé à la version Wolof. Cette performance a été saluée par un tonnerre d’applaudissement de ses collègues députés. L’atmosphère était alors détendue après des passes d’armes aigres doux entre majorité et opposition.

Le père Léo ne disait il pas que nous Africains nous constituons les peuples salés et d’ajouter que les Sereers étaient bien  » le SEL » des peuples salés. Je vois mes cousins Al Pulaars sourirent en coin en se disant certainement Ah! ces sacrés Sereers! Plaignez vous auprès du père Léo l’Académicien. Trop tard!

Abdou GNINGUE
Journaliste Citoyen du monde rural.

%d blogueurs aiment cette page :