Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

LE FAIT (commentaire) DU JOUR – A Son Corps Défendant : Iba Der Réveille les Vieux Démons des Divisions Ethniques et Religieuses

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

«  Si Iba Der Thiam fait un récit erroné de l’histoire du Sine, il nous trouvera sur son Chemin » a posté un Sérére sur sa page facebook. La sortie de Khalifa Niass réfutant la place que l’historien a réservée à la confrérie Niassène  dans son livre  semble avoir  donné le coup d’envoi des réactions  centrifugiques. 

Les Niassènes qui  promettent même de descendre dans la rue pour manifester leur colère et leur indignation.

«  J’ai personnellement appelé Abdoulaye Makhtar Diop il y a trois jours pour  l’inviter solennellement à mettre en garde Iba Der Thiam » s’écrit le Jaraaf Youssou Ndoye dans le journal l’Obs.

Le Jaraaf  qui menace  l’historien et sa commission  s’ils «  s’aventurent à tronquer l’histoire de la communauté Lébou », mais  qui ajoute  paradoxalement : «  Si chacun pense que son ethnie a été reléguée au second plan, forcément les gens vont se braquer. Et ça, ce n’est pas bon pour la paix au Sénégal que nous devons tous préserver. En lieu et place de forger l’unité de la nation, cette Histoire Générale du Sénégal risque d’éloigner les uns des autres. »

Le chemin de l’enfer étant pavé de bonnes intentions, l’histoire Générale du Sénégal censée nous réconcilier avec notre passé et raffermir notre vivre ensemble a l’effet contraire de celui recherché.

La fine dorure de la Nation est en train de craqueler, révélant la fétide réalité des replis  identitaires.

Le Communautarisme refait surface.

Tous ces charivaris alors que  seuls cinq des 25 volumes ont déjà été édités et publiés. On imagine ce que l’avenir nous réserve au fur et à mesure que les autres suivront.

En effet, Il est fort à parier que tous les autres groupes  ethniques, religieux et confrériques sont à l’affut, le regard aiguisé scrutant le moindre mot ou virgule qui ne leur ferait pas honneur.

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :