Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

LE FAIT (commentaire) DU JOUR – Après la Prodigalité : Les Calculs d’Epicier

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apparemment, le président Macky Sall aime les extrêmes. Après cinq années d’une gestion  dispendieuse des finances publiques où le somptuaire  le disputait au fastueux, (Véhicules  de luxe, grand train de vie, générosité extrême), le gargantuesque au pantagruélique, (TER, illa Touba, Promoville, Prodac…) nous voici subitement  plongé à l’ère de la disette et du pain noir.

C’est vrai qu’entretemps, la vérité des chiffres s’est faite prégnante : Un service de la dette insupportable (plus de 1 000 milliards par an), et les Grands travaux à l’arrêt faute d’argent.

Un arrêt ou un ralentissement qui a impacté sur les commandes des grandes entreprises en baisse, entrainant moins de rentrées fiscales pour le Trésor (un cercle vicieux).

Bref une tension de trésorerie annoncée depuis des années par les experts et que l’état ne cherche même plus à cacher après l’avoir pourtant longtemps démentie. 

D’où cette période de vaches maigres qui s’annonce et qui vaut aveu d’échec.

On rabote donc où on peut.

Même dans les coins les plus inattendus. Ainsi dans le cadre de la rationalisation des dépenses publiques toutes les lignes de téléphones mobiles ont été restreintes à l’internet.

Une politique des extrêmes qui risque d’avoir  paradoxalement les mêmes  résultats.

En effet, on passe ainsi du gaspillage des finances publiques à l’absence  ou l’insuffisance de moyens indispensables à la bonne marche de l’état.

Serigne Mbacké Ndiaye 

%d blogueurs aiment cette page :