LE FAIT (commentaire du jour) – Arrestation de Guy Marius Sagna : Des posts au mauvais moment ?

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nous sommes en 2006.

Le président Abdou Diouf secrétaire général de la Francophonie est l’invité du journaliste vedette de la Télévision Suisse  Romane ( Tsr)  Darius Rochebin.

Sous le feu des question-réponses, le journaliste aborde un sujet qui met aussitôt le président mal à l’aise : « Est-ce que ça ne vous choque pas lorsque beaucoup de chefs d’état Africains courent à Paris pour se faire soigner, dés qu’il s’agit de leur santé, souvent à la fin de leur vie ? Ils ne veulent pas être à l’hôpital chez eux, ils veulent être à l’hôpital à Paris, ou finir leur vie à Paris. Est-ce-que ce n’est pas choquant ? »

Abdou Diouf accuse le coup et esquisse une réponse : « Je crois que c’est lié uniquement aux problèmes techniques, de technique médicale… »

« Mais ça en dit long sur  le regard qu’ils ont sur leurs propres structures qui ne sont pas à niveau »  rétorque le journaliste.

« Ce n’est pas une question de classe… »,  se défend Abdou Diouf.

«  Ah si ! Il faut quand même de l’argent pour partir. » Coupa Darius Rochebin.

Une discussion sur un sujet très récurrent en Afrique : Partir se faire soigner dans les pays développés, n’est-ce pas un aveu d’échec pour un chef d’état Africain ?

Les ressortissants Camerounais en Suisse  assiègent ainsi l’hôtel de leur président Paul Biya chaque fois qu’il vient pour des séjours médicaux.

Des allers retours fréquents qui peuvent durer des mois.

En abordant le même sujet, Guy Marius Sagna n’a donc pas fait preuve d’originalité. 

Le sujet étant familier.

C’est peut-être le contexte qui lui est reproché : le décès de Ousmane Tanor Dieng  à Paris alors que sa dépouille n’a même pas encore été rapatriée et le séjour actuel dans la capitale Française de l’ancien premier ministre Boun Abdalah Dionn pour les mêmes raisons :

«  Mourir dans un hôpital de l’ancienne puissance coloniale alors qu’ils ont eu le temps, pendant 59 ans de doter ce pays de structures hospitalières dignes de ce nom ! Quel gâchis ! (…) Boun Abdallah Dionn aussi est allé se faire soigner à l’extérieur. Pauvres citoyens Sénégalais qui n’ont  pas accès aux fonds politiques, aux fonds des institutions budgétivores… »

Cependant, son avocat estime qu’aucune charge n’a encore été retenue contre lui : « Il n’a pas été entendu par le procureur. On lui a décerné un retour de parquet. Il reviendra demain (aujourd’hui Ndlr). Pour le moment, il n’ y a aucune infraction qui lui est reprochée. Il n’est pas entendu pour une affaire liée au terrorisme, je le confirme. » 

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :