Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

LE FAIT (commentaire du jour) – Khalifa à la tête du Ps : C’est écrit !

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avec le décès de son premier secrétaire Ousmane Tanor Dieng, la direction du Ps reste sans commandement. Un vide qui ne saurait perdurer. Le temps du deuil passé, il faudra bien s’atteler à son remplacement.

Et dans cette optique, il y a trois camps qui se dégagent :

• 1 – Ceux qui auraient pu prétendre légitimement à lui succéder et qui  ne le peuvent plus car ayant quitté le parti après la défaite de l’an  2000 face à Abdoulaye Wade pour former leurs propres mouvements ou tourner casaque : Abdourahim Agne ( Pr), Abdoulaye Diop Mactar ( Sur), Souty Touré ( Psa), Alassane Dialy Ndiaye ( Pds)…

• 2 – Les Tanoristes, qui peuvent tout aussi bien prétendre au fauteuil, mais qui ont très peu de chance d’y parvenir car n’ayant ni  l’envergure, ni l’ancrage politique et populaire nécessaire :   Aminata Mbengue Ndiaye, Abdoulaye Wilane, Cheikh Seck, Mamadou Faye, Alioune Ndoye, Bamba Fall, Malick Noel Seck, Serigne Mbaye Thiam, Pierre Sané, Elimane Kane…

Des Tanoristes qui se retrouvent donc orphelins, ayant perdu leur seule constance.

• 3 – Le troisième camp regroupe les Khalifistes : Barthélémy Diaz, Youssou Mbao, Saliou Sarr, Moussa Tine, Moussa Bocar Thiam, Pape Gorgui Ciss, Moussa Tay…

Ceux-là sont les lieutenants de Khalifa Sall qui lui sont restés fidèles malgré les épreuves, et qui pour le moment n’ont  pas l’ambition  de diriger le parti.

 Leur seul objectif est que leur mentor recouvre la liberté pour mener la bataille pour  la  reconquête du pouvoir.

Le chemin semble donc bien balisé pour Khalifa Sall et la réalité politique s’imposant à tous, les Tanoristes ne devraient pas opposer une résistance farouche, si un consensus est trouvé autour de l’essentiel afin de ménager leurs susceptibilités et éviter les frustrations.

La seule inconnue demeure la posture du camp présidentiel : Macky Sall laissera t-il le parti socialiste lui échapper sans réagir ou fera t-il tout son possible pour empêcher sa recomposition autour de Khalifa Sall?

Serigne Mbacké Ndiaye