Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

LE FAIT DU JOUR – Abdoulaye Wade au Palais : Bouki wiri wiri diary  Ndari

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Traitres, coup de couteau dans le dos, félons, intelligence avec l’ennemi… Abdoulaye Wade aura épuisé le lexique de guerre  pour qualifier ceux qui ont eu l’outrecuidance de prendre langue avec Macky Sall, avant de les pousser devant le peloton  d’exécution du Parti Démocratique Sénégalais.

Fada, Serigne Mbacké Ndiaye, Pape Samba Mboup, Madické Niang… La  liste des  prochains condamnés à mort du Pds est déjà prête. 

Les  « traitres » n’attendent  que l’onction  du  Führer pour  passer de vie à trépas : Oumar Sarr, Babacar Gaye, El Amadou Sall, Abdoul Aziz Diop.

La Ligne Maginot  qui sépare le Pds du palais de la république  vaut  Rubicon. A ne pas franchir sous peine de mort.

En se rendant ce samedi 12 octobre 2019  chez Macky Sall, Abdoulaye Wade  viole ses propres règles,  abdique et donne raison à tous  ceux qu’il a fusillés  pour  haute trahison.

En tant  qu’opposant historique,  ayant frayé  avec  Senghor (dont il fut un opposant de contribution) et Abdou Diouf   (qui le nomma ministre d’état)  et ancien président de la république, il est pourtant bien placé pour savoir  que la centralisation du pouvoir au Sénégal est telle, que le président est l’Alpha et l’oméga de la vie nationale.

Rien ne se règle sans son consentement.

Surtout dans le domaine politico-judiciaire. Ce qui est justement  le cas de son fils Karim Wade.

Serigne Mbacké Ndiaye

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :