LE FAIT DU JOUR – Après le Groupe Walf Fadjri : Au tour de D Médias de passer au pressoir ?

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il fut le grand pionnier de la presse privée au Sénégal, et son Groupe  Walf  Fadjri  (Radio,  Quotidiens, Télévision) le plus prospère. D’ ailleurs tous les grands noms des médias ont fait leurs armes  sous son aile tutélaire. Sidy Lamine Niass avait  donc toutes les raisons  d’espérer  laisser à la postérité l’un des plus grands Fleurons  de l’univers médiatique  en Afrique.

Contre toute attente, son legs est à l’image d’un fruit dodu et juteux après son passage dans un pressoir. Complétement sec.

La raison de cette déshydratation ? 

Son franc-parler et son amour passionnel de la liberté. Une indépendance d’esprit et de ligne éditoriale qui jurent avec la pensée unique  et le refus de l’altérité qui caractérisent  le système politique Sénégalais   où  il faut  se courber ou disparaître.

Son irréductibilité et son refus catégorique de courber l’échine devant le prince (comme d’autres patrons de presse), vont lui valoir  un acharnement sans pitié d’ Abdoulaye Wade à Macky Sall.

C’est ainsi que lentement, mais inexorablement, le  Fruit  de tant de labeur et de sacrifice va  se raidir,  se dessécher  s’altérer, défraichir, flétrir, s’étioler, friper, se ternir, dépérir  pour finir ratatiné , victime de cette  technique de pressurassions éprouvée et  redoutablement efficace  et qu’utilisent  tous les chefs d’état Africains pour  réduire au silence les médias récalcitrants ou un tantinet rebelles : le redressement  fiscal .

Se souvenir opportunément que le Groupe doit des années d’impôts et autres taxes au fisc et lui donner un délai  extrêmement  court pour se mettre  en règle  sous peine de fermeture ou de retrait de son signal. 

 «  Il faudra que ceux qui veulent passer sur Walf   s’acquittent d’une contribution de 50 000 CFA «  dira  publiquement Sidy Lamine Niass   quelques mois avant son décès. 

Une extrémité qui donne une idée  de la situation financière dans laquelle se trouve son entreprise. 

Pince-sans-rire,   Abdoulaye Wade et Macky Sall  jureront  devant sa dépouille qu’ils n’auront de cesse que  le Groupe Walf  Fadjri retrouve ses couleurs et sa pulpe d’antan. 

Si on reconnaît une maladie à ses symptômes, le Groupe D médias doit se faire des soucis.

Il présente en effet les mêmes signes cliniques qui ont conduit  Walf Fadjri au gouffre.

Après  la suspension de ses programmes  au soir du 31 décembre 2019, les comptes du Groupe viennent d’être  bloqués pour raisons fiscales.

Son patron Bougane Gueye Dany est une figure de l’opposition. Il fut d’ailleurs candidat lors des dernières élections présidentielles, mais fut éliminé par le système de parrainage. Il a recruté  Pape Alé Niang, le journaliste le plus  hostile  au président de la république qui invite très souvent Ousmane Sonko, l’opposant le plus radical à Macky Sall.

Serigne Mbacké Ndiaye    

%d blogueurs aiment cette page :