LE FAIT DU JOUR – Idy, Khalifa Sall, Thièrno A. Sall, Abdoul M’baye, Karim Wade : Ces hommes que Macky ne souhaiterait pas voir lui succéder

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’intérêt que le président Macky Sall porte aux élections présidentielles de 2024 est presque aussi fort que celui qu’il porta à celles de 2019. Point qu’il veuille postuler à un troisième  mandat. Ce qui l’intéresse, c’est la liste des candidats admis à briguer le suffrage des électeurs, et surtout le nom de celui qui le remplacera à la tête du pays.

Et il pèsera de tout son poids pour que certains, même s’ils figurent sur la liste des candidats, soient assez affaiblis pour n’avoir aucune chance  de remporter la présidentielle.

Une  liste noire qui comprend les deux anciens premiers ministres  Idrissa Seck et Abdoul Mbaye, l’ex ministre Thièrno Alassane Sall, Karim Wade  et l’ancien maire de Dakar Khalifa Sall.

Des hommes avec qui l’adversité politique a dégénéré en inimitié personnelle et dont l’accès au pouvoir serait une défaite personnelle pour Macky Sall, sans compter un probable reflexe revanchard qui pourrait les animer :

• Karim Wade

Il serait bien naïf de croire que la poignée de mains Abdoulaye Wade et Macky Sall a remis les pendules à l’heure entre ce dernier et le fils du premier. Leur contentieux politico-personnel (  Karim a fait de la prison) reste entier et leur combat ultime reste la présidentielle de 2024 dont Macky a tout intérêt qu’elle ne soit pas remportée par Karim Wade. Même s’il n’a aucun pouvoir d’empêcher ce dernier  de devenir le secrétaire général du Pds et conséquemment son candidat si les conciliabules  devaient le conduire à retrouver la plénitude de ses droits civiques, il veillera à ce que ce soit  à la tête d’un parti  réduit à sa plus simple expression.

L’entreprise de démolition du Pds entamée  il y a des années va donc se poursuivre. Après avoir aspiré la presque totalité de ses cadres ( Fada, Pape Samba Mboup, Serigne Mbacké Ndiaye, Souleymane Ndéné Ndiaye…), on peut parier que  le président de la république n’est pas étranger aux derniers remous qui secouent le parti de Abdoulaye Wade avec la révolte du dernier carré des fidèles historiques ( Babacar Gaye, Abdoul Aziz Diop, Omar Sarr, Cheikh Tidiane Seck,  El hadji Amadou Sall…) et dont la sortie du parti est dans les grilles du possible selon l’aveu même  de Omar Sarr. 

• Abdoul Mbaye et Thièrno Alassane Sall

Ils font partie de ceux que Macky Sall  regrette d’avoir promus. 

Il  avait sorti le premier de l’univers de la banque pour en faire  son premier ministre le 3 avril 2012 avant de le démettre le 1e septembre 2013. 

Quant à Thièrno Alassane Sall, il fut ministre des infrastructures,  des transports terrestres et du désenclavement  entre 2012 et 2014,  et de l’énergie entre 2014 et 2017.

Aujourd’hui ils font partie de l’opposition  la plus radicale et la plus vindicative, en compagnie de Mamadou Lamine Diallo et Ousmane Sonko. 

S’il a la possibilité de leur mettre des bâtons dans les roues, Macky leur fera payer le prix de la trahison.

• Idrissa Seck

«  Idrissa Seck est un homme autoritaire ». Cette confidence de Macky Sall sur le président de Rewmi est assez éloquente sur les sentiments qu’il lui porte. De leur compagnonnage sous l’ère  Abdoulaye Wade, l’actuel président n’en garde pas de bons souvenirs.

A l’époque Idrissa Seck  confident et bras droit de Wade était certainement l’homme le plus puissant de la république. Macky Sall  qui travaillait sous son autorité à dû avaler pas mal de couleuvres. L’énergie  et la débauche de moyens qu’il avait mises  lors des présidentielles de 2019 pour le battre  dans son fief à Thiès en témoignent. 

Tout porte à croire que la présidentielle  de 2024 sera la dernière chance pour Idrissa Seck  de devenir président. On peut compter sur Macky Sall pour tout faire afin que ce rêve ne se réalise pas.

• Khalifa Sall

«  Macky Sall n’a pas fait preuve de reconnaissance envers Khalifa Sall. »

Ce témoignage de la mère de Khalifa Sall donne une idée des relations cordiales qui existaient  entre les deux hommes. Khalifa Sall qui a longtemps soutenu l’action politique et l’homme Macky Sall, mais qui a péché  en nourrissant trop tôt des ambitions présidentielles alors que Macky Sall, en quête d’un second mandat avait encore besoin de son soutien.

Un crime de lèse majesté qu’il n’ a pas fini de payer en dépit de son séjour carcéral,   d’autant qu’il a affaibli sa coalition en suscitant  une révolte au sein de son principal allié le Ps. 

Aujourd’hui le président Macky Sall participe activement à la guerre de succession qui se déroule au sein du parti socialiste et cherche à isoler le camp de Khalifa  Sall en renforçant celui des héritiers  de son ami  feu Ousmane Tanor Dieng.

La nomination de Aminata Mbengue Ndiaye à la tête du haut conseil des collectivités territoriales participe de cette volonté.

Mais c’est surtout celle de Alioune Ndoye à la tête du  ministère de la pêche et de l’économie maritime qui est révélatrice de sa détermination  à « étouffer « Khalifa Sall.

En faisant monter un jeune cadre, Macky Sall donne un gage de bonne volonté à ceux qui au sein du parti lui reprochaient  à lui et à Tanor de ne pas promouvoir la jeunesse du parti et de privilégier les anciens, inamovibles à l’image de Serigne Mbaye Thiam et Aminata Mbengue Ndiaye.

Ce qui avait d’ailleurs poussé Me Bocar Thiam à  quitter le Ps.

Macky espère ainsi  prévenir une probable hémorragie des jeunes du parti qui seraient tentés de quitter le camp des Tanoristes où ils n’ont aucun avenir pour rejoindre celui de Khalifa Sall, surtout maintenant qu’il est libre. 

La deuxième leçon qu’on peut tirer de la nomination de Alioune Ndoye, est la volonté  « d’étrangler »  Khalifa Sall à Dakar.

Son parti l’APR a déjà grignoté pas mal de son électorat lors des présidentielles de 2019. Alioune Ndoye pourrait lui permettre de prendre l’ancien maire de Dakar en étau dans son fief, la capitale. 

Fils de Nguirane Ndoye, ancien baron du Ps et  lieutenant de l’ex  maire de Dakar Mamadou Diop   Alioune Ndoye, par ailleurs maire de Plateau est un Lébou pur jus. En le mettant au devant de la scène, Macky Sall cherche à diviser l’électorat de  Khalifa Sall à Dakar  au profit de  celui du camp de Aminata Mbengue Ndiaye .

Pour qui connaît  le sens de la solidarité des Lébous, nul doute  que nombre d’entre eux apporteront  leur soutien à leur « fils ».

Toute la question est  de savoir  l’ampleur de l’hémorragie.

Serigne Mbacké Ndiaye  

%d blogueurs aiment cette page :