LE FAIT DU JOUR – Interpelés pour avoir distribué des tracts : Le Sénégal replonge dans l’ère du Parti-Etat et de la Police Politique

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vidéos qui circulent  sur les réseaux sociaux ont dû générer  de  puissantes  poussées d’adrénaline  chez Landing Savané, Abdoulaye Bathily, Mimi Touré, Ibrahima Séne etc. Des  frissons   ont  même  certainement secoué Cheikh Anta Diop, Amath Dansokho et autres  Mahmoud  Diop.

Des images jaunies  à force de séjourner dans la malle de l’Histoire de l’Humanité et que le président Macky Sall exhibe brusquement sous nos yeux ébahis et incrédules :

Des policiers en train d’arrêter des citoyens qui distribuent des tracts dans la rue. Et la machine à remonter le temps se mit en branle.

En effet, les Historiens ne me démentiront pas : De la Première Guerre Mondiale en passant à  la Seconde,  celle d’Indochine, de l’Algérie,  à la Décolonisation  ou à la Lutte contre les partis uniques dans le tiers monde, l’histoire du tract est intimement liée à celle  des conflits qui ont secoué le monde au XXe siècle. 

Par lâcher  d’avion, pigeons voyageurs, main à main, glissés dans la boite à lettre ou plaqués sur un mur ou  un arbre,  Ils  ont  en effet accompagné les mouvements de libération  des peuples sous le joug de pouvoirs dictatoriaux, qu’ils soient endogènes (les partis uniques) ou exogènes  (occupation   de  la France par  l’Allemagne).

Ce sont ainsi 3 millions de tracts qui ont été dispersés au dessus des trachées sur les seuls mois de  juin et juillet 1918. 

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les Américains disposaient d’une division spécialement dédiée à la guerre psychologique  (basée à Alger  en 1943) et qui a largué 265 millions de tracts pour décrire «  l ‘irrésistible avancée des troupes alliés. »

Une façon d’encourager  les forces amies et porter un coup moral aux troupes d’Hitler. 

Les tracts ont aussi joué un rôle primordial  dans les mouvements de résistance en France.

En effet, la diffusion de l’information  et de la propagande se heurtant  à la mainmise de l’état sur les moyens de communication, ces petits feuillets qui se distribuaient sous le manteau étaient l’un des principaux moyens dont disposaient  les opposants pour communiquer  entre eux et faire passer leur message aux populations.

Distribuer des  tracts  ou  les avoir par devers soit  pouvait valoir au téméraire  d’insupportables tortures  dans les geôles  ou même le peloton  d’exécution. 

Témoins et  acteurs de leur temps, les tracts sont  ainsi des sources inestimables pour les Chercheurs et les Historiens.

Devenus anodins et inoffensifs  à l’heure des réseaux sociaux  et de l’évolution de la démocratie, ils se sont adoptés à l’air du temps.

Même sur le plan sémantique : On ne parle plus de tracts mais de Flyers. 

L’arrestation  (retransmise en  direct sur les réseaux sociaux !!!) de   Thiat, Fou Malade et d’autres activistes parce qu’ils en distribuaient dans la rue  symbolise tout le paradoxe  du mode de conduite de Macky Sall :

Avancer… tout en ayant les yeux rivés sur le rétroviseur.

Serigne Mbacké Ndiaye 

%d blogueurs aiment cette page :