LE FAIT DU JOUR – « Je ne serai plus là dans quelque temps » : Quand Macky Sall aspire à l’immortalité

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prendre de la hauteur… Se mettre au dessus de l’épiphénomène, du superfétatoire et des vulgaires querelles de la petite semaine, en prenant place  parmi les étoiles. C’est une règle absolue que respectent tous les présidents Américains lors de leur deuxième et dernier mandat.

Maintenant qu’ils sont déchargés des calculs politiques, des coups tordus et des mesquineries  car n’ayant  plus de suffrages à briguer ou de fauteuil à défendre, ils n’ont qu’une seule obsession  : entrer dans l’ Histoire par des actes ou des postures qui passeront à la postérité.

Quoi que l’on puisse dire ou penser de lui,  le président Macky Sall  s’inscrit  dans cette même logique.

Graver son nom dans du marbre.

Son horizon, c’est désormais l’éternel et le moyen pour l’atteindre, son œuvre  le Plan Sénégal Emergent. 

Un  rendez-vous avec l’Histoire qu’il ne ratera pour rien au monde.

C’est dans cette logique qu’il faut comprendre le panel de la Convergence des cadres républicains (Ccr) ce samedi 16 novembre 2019  dont le thème fut justement  «  Le Pse, bilan et perspectives : Quel Sénégal en 2035. »

Devant ses fidèles  qui se battent déjà pour l’héritage  ( Amadou Ba, Aminata Touré, Boun Abdallah Dionne…)  Macky Sall qui se projette  loin  après  son  dernier mandat qui prend fin en 2024 y a tenu un discours qui tient à la fois de l’ Adieu, du  Testament et du Bilan.

Même la fibre émotionnelle y était.

« Je vous invite à cultiver la collégialité, la solidarité, notre devise comme les valeurs de travail et de dignité. Mais il faudra plus  d’ouverture, de camaraderie pour sortir ce pays du sous-développement. Peu importe celui qui va être là parce que je ne serai plus là dans quelque temps. »

Un discours qui rappelle étrangement la fable «  Le laboureur et ses enfants ». 

Reste à savoir si Amadou Ba, Aminata Touré, Boun Abdallah Donn, Diouf Sarr et autres  se garderont de vendre l’héritage qu’il leur  aura laissé  pour  creuser, fouiller, bêcher  à la recherche   du trésor caché (un Sénégal  émergent en 2035) afin que lui Macky Sall, à l’image de Jean De La Fontaine puisse passer à la postérité.

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :