LE FAIT DU JOUR – L’or, calamité pour les pauvres

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rapport que l’International Crisis Group vient de publier sur  l’exploitation de l’or en Afrique de l’Ouest révèle que le contrôle de celui-ci serait une des causes du regain des attaques terroristes dans la sous-région. L’emprise terroriste sur des pays comme le Mali ou le Burkina n’aurait pas pour seule explication des objectifs politico-religieux ou séparatistes, mais aussi une volonté d’accaparement et de main basse sur les richesses aurifères et pétrolières.

Le rapport de l’International Crisis Group explique que l’identification d’un potentiel aurifère sur toute l’étendue de la bande saharo-sahélienne avec des gisements exploitables de l’Ouest à l’Est  du continent noir agit comme un aimant auprès des hors-la-loi qui sèment la désolation dans cette zone. 

L’Afrique de l’Ouest serait devenue au fil de ces dernières années un grand producteur d’or avec une production cumulée dépassant annuellement les 50 tonnes. Si le Ghana est  le premier pays producteur d’or de la sous-région et le deuxième sur le continent après l’Afrique du Sud, le Mali et le Burkina occupent la deuxième et troisième place. L’or s’exploite aussi au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Bénin, en Guinée Conakry et au Niger. Ce qui conforte les thèses de l’étude sur les risques que ce potentiel aurifère fait peser sur la sécurité des populations.

Si l’on en croit les données et indicateurs contenus dans ce rapport, le business de la prise d’otages étant en voie de disparition, les bandes armées, les  pillards et contrebandiers ont trouvé avec l’exploitation de l’or un nouveau filon. Et, il est bien connu que l’exploitation de l’or a toujours exercé une fascination auprès du genre humain sous tous les cieux et à toutes les époques. L’orpaillage est l’occasion de toutes les tentations, de toutes les audaces, mais aussi de toutes les violences et agressions.

 Ainsi, même si les grandes multinationales de l’exploitation minière ont pris  le contrôle de toutes les mines découvertes et exploitées dans les pays de la sous-région, l’orpaillage (exploitation artisanale de l’or) offre aux groupes terroristes surtout au Sahel une belle opportunité pour détrousser les chercheurs d’or, porter des coups aux forces de défense et de sécurité et poursuivre leur projet de déstabilisation des Etats de la sous-région.

L’un des constats que met en exergue cette étude est l’insécurité permanente qui frappe les populations avec la liberté de manœuvre dont disposent  les bandes armées et groupes terroristes dans les endroits où l’orpaillage s’effectue car étant les sites les moins sécurisés par les forces de défense et de sécurité. 

Il faut donc choisir entre les protéger ou  neutraliser les hors-la-loi car les mines des multinationales ne sauraient être les seules à demeurer sous protection des Etats.

Nhnews

%d blogueurs aiment cette page :