LE FAIT DU JOUR – Macron part en chasse contre les immigrés

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il fallait s’y préparer. Echaudé par la révolte des gilets jaunes et constatant l’irrévocable progression du RN (ex Front National) et de Marine Le Pen dans l’électorat français, le Président français cède lui aussi à la tentation populiste. Le gouvernement que dirige Edouard Philippe vient de prendre un arsenal de mesures pour imposer une politique de quota afin dit-il, de reprendre en main la politique migratoire de la France.

Si tout est enrobé de principes d’humanitaires, de bons sentiments humanistes mais aussi de réalisme économique, cela ne cache pas moins une adhésion à des thèses populistes et xénophobes, sur un repli identitaire et nationaliste qui a le vent en poupe auprès des électeurs européens.

Et le Président Macron qui a connu un début de mandat houleux et qui continue de subir les assauts des forces sociales et des couches populaires réclamant la préservation de leur pouvoir d’achat et la baisse du chômage, « droitise » sa politique afin de baliser la présidentielle de 2022.

L’Islamophobie et la traque des immigrés sont les thèmes les plus porteurs pour séduire un électorat européen (français) ébranlé par la montée en puissance de la Chine sur le plan économique et qui subit le diktat des GAFA américains envahisseurs et dominateurs dans les nouvelles technologies et la nouvelle économie qui ont provoqué ralentissement économique, récession et un taux de chômage élevé en Europe.

La traque contre l’immigré ainsi que le refus d’une immigration en provenance des pays de la Méditerranée ou du continent africain sont de bons instruments pour « booster » la cote de popularité de tout leader d’opinion. C’est aussi le prétexte à la libération  des plus bas instincts comme le racisme, la xénophobie, la discrimination et le refus de l’altérité. Cela a déjà donné de gros scores électoraux en Italie avec Matteo Salvini et la Ligue du Nord, tout comme en Hongrie, en Autriche et même en Allemagne où seuls les Ecolos arrivent à faire face à cette hydre sans céder sur les principes.

Le gouvernement français s’engage dans sa nouvelle politique migratoire à réguler et à régulariser à la fois l’immigration clandestine et celle économique. Et ceci tout en maintenant le droit au regroupement familial et à l’immigration régulière qui n’a porté l’année dernière que sur 30.000  personnes.

Au pays de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et du Citoyen, le pouvoir de Macron cède aux thèses que Jean Marie Le pen a toujours défendues afin de barrer la route à sa fille Marine sur le chemin de l’Elysée en 2022. L’immigré a toujours été le bouc émissaire idéal pour la Droite française.

Nhnews

%d blogueurs aiment cette page :