LE FAIT DU JOUR – Passe d’Armes à l’assemblée nationale : Quand Gadio se Trompe de Catastrophe

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La séance  plénière de ce  jeudi 27 novembre 2019 a été plutôt houleuse  dans l’hémicycle, avec notamment  quelques mots aigre-doux entre les députés Cheikh Tidiane Gadio  président du MPCL  ( mouvance présidentielle )  et Ousmane Sonko leader de Pastef ( opposition) .

L’étincelle qui a mis le feu ?

Un trait ironique de ce dernier : «  Tout le monde sait qu’Il y a du blanchiment d’argent à l’assemblée, j’espère qu’il n’ y a pas de blanchiment de drogue »

Des propos qui ont provoqué l’ire de Gadio :

« Faisons attention à ce que nous disons, parce qu’on se réveillera demain ou dans l’après midi pour voir la presse titrer qu’un député sérieux et crédible a dit qu’il y a un trafic de drogue à l’assemblée nationale. C’est une catastrophe pour notre pays. Critiquer ne veut pas dire discréditer.  » 

Sauf que l’assemblée nationale n’a pas besoin de la presse ou du citoyen lambda pour se discréditer… Il y a longtemps que les députés s’en sont  déjà chargés : 

« Je suis un député de Macky Sall, je ne me tarde même pas à lire les projets de loi. Je les vote les yeux fermés. »

Cette boule puante est de Momath Sow, député Apr.

Elle n’est pas la seule. En effet ça tombe drue.

D’autres aussi nauséabondes émanent de ceux censés nous représenter :

« Tout le monde doit parler sauf Moustapha Diakhaté. En sus de son salaire de 3 millions de député et de président du groupe parlementaire, il avait fait main basse  sur les fonds du groupe Benno Bokk Yacaar d’un montant de 10 millions mensuels pendant 5 ans. Ce qui fait un total de 600 millions encaissés ».

Cette cuvée jetée à la figure de son propre collègue de la mouvance présidentielle est du député Djibril War .

Alors qu’il est chargé d’un rôle de veille  au nom des populations,  le député Boughazelli inonde  sans état d’âme le marché de faux billets.

Il a pourtant conscience de l’impact de cette fausse monnaie sur l’économie nationale.

Simplement, il n’en a cure.

Détournements, platitudes, bagarres, insultes, trafic de faux billets, il y a longtemps que rien ne nous surprend plus de la part des députés.

La découverte d’un trafic de cocaïne ou de hachisch serait au contraire une suite logique dans la litanie des ignominies auxquelles nous sommes habitués.

Nous sommes vaccinés : Il n’ y a pas de fond de gouffre de l’immoralité à l’assemblée nationale.

C’est cela la Catastrophe. 

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :