Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

LE FAIT (Le Commentaire du jour) : L’Honneur et la Tradition

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’odieux meurtre de la jeune Binta Camara à Tamba est une abomination et une ignominie. Et cela a plongé tout le pays dans l’effroi et l’indignation, car révélateur d’un climat de peur et d’insécurité que traverse tout le pays en cette période de ramadan caniculaire. Cela est aussi indicateur d’un pays terrorisé et d’une société schizophrène où la dureté des temps a rendu la dévotion et  l’ostentation dans ses pratiques religieuses tyranniques.

La religion est investie à la fois par des âmes en désolation, mais, aussi, par des opérateurs politico-religieux comme des bastions à conquérir pour obtenir les faveurs du Seigneur pour les premiers et la conquête du pouvoir pour les seconds.

Néanmoins, ce drame de Tambacounda est aussi révélateur d’un conflit terrible entre l’obscurantisme de certains et l’aspiration à une vie sereine et normale pour les autres.

Le drame de Tamba est advenu au crépuscule, à l’heure de la rupture du jeun, car  l’assassin-agresseur de l’innocente Binta Camara a profité de l’absence du vigile parti chercher à manger pour commettre son forfait et son meurtre. Si la famille Camara avait mis à sa disposition un « iftar », le drame aurait pu être évité.

Deuxio : Au lendemain de l’autopsie, la famille Camara s’est précipitée en révélant et en clamant que bien que tuée à la suite d’un étranglement, cette jeune fille disparue à la fleur de l’âge n’a pas été souillée par son violeur et qu’elle va reposer dans sa tombe avec son hymen.

Cela est triste et révoltant. Au lieu de regretter le décès de cette fille nubile, on s’arrête sur un horreur et une souillure qui n’auraient pas sali celle-ci ou celle de sa famille encore moins sa lignée et son patronyme.

Cela est proprement scandaleux et révoltant. Au lieu de se désoler de la disparition d’une innocente et jeune ingénue à l’aube de sa vie, on se gausse  de la virginité inviolée comme si un simple muscle féminin situé entre les cuisses d’une femme serait le seul dépositaire de toute une famille apte à ternir la réputation d’une lignée.

Se préoccupe-t-on, autant, de la virginité d’un adolescent ou d’un jeune homme avant son mariage ?

Et dire, d’ailleurs que ce qui est le plus admissible et à retenir avec Binta Camara est son attitude digne de refus à céder à son agresseur-assassin au péril de sa vie. Cette dignité de cette vierge effarouchée est son véritable honneur et celui de sa famille, car elle a su vaincre la peur et affronter son bourreau.

Ce qu’il faudrait le plus dénoncer, aujourd’hui, ce sont les violences faites aux femmes et leur reconnaître  le droit à vivre sans être perçues comme des trophées à vendre ou des étendards de mœurs d’un autre temps.

Nhnews