Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

LE FAIT (Le commentaire du jour) : Sénégaléjades

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justice et grâce . La question n’est pas de savoir où est passé Amadou Woury Diallo, mais plutôt comment ce dernier a pu échapper à la Justice sénégalaise, malgré sa condamnation et son emprisonnement ? Une chose est sûre, c’est grace à des complicités, du trafic d’influence, de la manipulation et de la corruption, qu’il a été bel et bien libéré en début avril dernier à l’occasion de la Fête nationale suite à son intégration dans le cadre des prisonniers condamnés bénéficiaires d’une grâce  présidentielle.

Le  procédé et la méthode utilisées par les protecteurs de Amadou Woury Diallo pour l’intégrer dans le lot des graciés  d’avril dernier, sont  révélateurs de l’existence de véritables manipulations orchestrées par de puissants lobbies disposant de moyens puissants et colossaux pour s’opposer à l’application  d’une décision souveraine de la Justice sénégalaise, malgré les lois et règlements encadrant et contrôlant la séparation des pouvoirs entre l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire dans notre République.

La corruption et la puissance des lobbies (sous toutes ses formes) sont les pires menaces contre la citoyenneté, la République et l’Etat de Droit et ne sont pas absentes dans le cas de cet incroyable et inexplicable élargissement suite à une grâce présidentielle de ce triste individu qu’est ce trafiquant de faux médicament, un véritable danger public contre des populations déjà accablées par le coût de la vie et la faiblesse de leur pouvoir d’achat.

Amadou Woury Diallo, le crime qui lui est reproché, ainsi qu’à tous ses complices et commanditaires, car mettant en danger de mort des millions de personnes, ne devrait pas être passible d’absolution en bénéficiant de circonstances atténuantes ou de faveurs de la Justice.

Il faut seulement veiller à l’application de sanctions dans toute sa rigueur et  sa fermeté contre tous ceux qui comme eux, font fi de la santé et de la vie des populations en s’adonnant au trafic de faux médicaments et exiger l’extradition de cet individu malveillant, démasquer et condamner tous les commanditaires de cet odieux trafic sans oublier de mettre hors d’état de nuire tous ceux qui ont participé et facilité la libération de Woury Diallo. 

Sinon, il ne sert à rien d’élaborer  une politique nationale de santé publique, de mettre en place la CMU, de lutter contre le tabac et les drogues comme le yamba et la cocaïne et de laisser des individus sans scrupules s’enrichir par le trafic de faux médicaments.

Défense populaire et légitime défense. Très souvent quand on se trompe de contexte dans l’application d’une pratique, d’une décision ou d’une méthode, on aboutit  souvent à un résultat contraire à celui  qu’on espérait . Tel est le cas du drame qui s’est passé à Pikine où un pitbull a taillé en pièces un jeune talibé victime de la mendicité endémique de la société.

Le danger est partout parmi nous depuis que certains se sont mis en tête d’utiliser comme animal domestique des races de chiens de combat comme les Pitbulls, les Rottweilers ainsi que  les Bergers allemands pour assurer leur sécurité et leur quiétude face à la montée de l’insécurité et des agressions. En cherchant à se protéger, ils mettent en péril la vie des autres en entretenant de véritables fauves dans le cadre quotidien, car ces races de chiens de combat sont généralement utilisés par les forces de sécurité et de défense comme l’Armée, la Police ou la Douane pour lutter contre les trafiquants, les contrebandiers et les terroristes.

Que ce soit en Europe, en Amérique, en Afrique du Sud et en Amérique Latine, cette catégorie de chiens de race issus souvent de croisement avec des bêtes sauvages comme le loup sont utilisés comme des armes de guerre contre les délinquants et les trafiquants.

En Afrique du Sud, aux Etats-Unis et dans certains pays européens, des suprématistes blancs, des racistes, des xénophobes et  des Skins  Head parmi les plus ultras de ces pays utilisent ces chiens contre tous les gens de couleur et les immigrés.

Ainsi, dans ces contrées de l’Occident, l’intégration de ces races de chiens dans un cadre familial, résidentiel est soumise à une stricte réglementation par les autorités étatiques et municipales,  et astreinte à des procédures de contrôle et de vérification régulière.

Voilà pourquoi, ceux, qui sont tentés de les faire entrer dans notre quotidien, ont tout faux, car les contextes sociaux et culturels sont radicalement différents même si l’insécurité urbaine est commune à tous les contextes sur l’ensemble de la planète. Les pays du Nord où cette race de chiens est tolérée sont des sociétés où l’individualisme et le déficit de communautarisme sont une identité marquante, car la solitude et l’isolement marquent profondément les relations sociales. Tout à l’opposé de ce qui se passe chez nous où la sociabilité et la proximité sont notre caractéristique et notre mode de vie.

L’Autorité doit interdire totalement l’introduction de ces bêtes dans notre quotidien et sévir contre tous qui en font des agents de sécurité domestiques comme si un loup ou un lion apprivoisé pourrait servir de gardien dans la cité. Comme les animaux de la forêt, ces races de chien doivent être internés dans une ménagerie ou dans un parc zoologique.

ABD

Laisser un commentaire