Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

LE PEUPLE GUINÉEN MALADE DE SES DIRIGEANTS : Un peuple intelligent, dynamique et entreprenant en mal de s’exprimer

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dieu aura déjà béni la Guinée Conakry. Mais, cette bénédiction, suspendue à un fil, peine toujours à se propager à travers un peuple, longtemps soumis et asservi à un terrorisme d’Etat.

En effet, ses dirigeants, de Sékou Touré à Alpha Condé voici 60 ans, n’auront vraiment pas joué leur partition pour développer le pays. Au contraire ils ont toujours cherché et réussi à s’enrichir sur le dos du vaillant peuple guinéen. Pays riche en ressources humaines et naturelles de toutes sortes, le peuple Guinéen continue toujours à souffrir le martyr d’une pauvreté et d’une dictature qui rivalise d’horreurs et de cruauté à celle de Pinochet.

Une armée plus ethnique que républicaine, réputée avoir la gâchette trop facile contre les manifestants sans armes ayant comme seul tort de réclamer leurs droits les plus élémentaires dont leurs dirigeants leur sont redevables. Une Armée qui confond toujours ses droits et ses devoirs vis-à-vis de l’Etat d’une part et du peuple d’autre part.

Elle doit s’approprier une position transversale, équidistante en restant républicaine et humaniste. Cette vendetta à laquelle elle s’offre ne fera que la déstructurer en l’affaiblissant, faute de soutien populaire. Certes, la fracture est déjà énorme, dès lors, il va falloir colmater les brèches d’une cassure béante et douloureuse qui se soudera durant des décennies voire même des siècles.

L’heure d’une conscience républicaine et nationaliste est arrivée pour tous les membres des forces de l’ordre de la République de Guinée en affichant une retenue digne des grandes armées. C’est moins glorieux pour une Armée de tirer sur son peuple sans défense et de tuer des citoyens innocents qui t’ont fourni ces mêmes outils de défense et les uniformes que vous revêtez grâce à l’argent du contribuable.

Cessez d’obéir à la lettre, aux consignes des chefs politiques qui peinent toujours à comprendre les rouages de la gestion du pouvoir, comme la plupart de leurs homologues dirigeants africains.

Souvent sous les ailes protectrices de leurs mentors occidentaux, malgré cela, et c’est le grand paradoxe, le peuple aura toujours le dernier mot, celui de la victoire.

Sékou Touré, Lansana Konté, Moussa Dadiss Camara, Général Sékouba Konaté et Alpha Condé, auront des comptes à rendre devant le peuple guinéen. Un peuple qui peine
toujours, à vraiment profiter de sa richesse, accaparée qu’elle est, voici une soixantaine d’années, par des voyous à cols blancs qui continuent de piller un continent exsangue, sucé jusqu’à la dernière goutte de son sang.

Le Peuple est trop en avance sur leurs différents dirigeants, qui en sont tous conscients et se cachent derrière leurs baïonnettes et leurs pratiques soldatesques pour masquer leurs carences et leurs insuffisances intellectuelles et politiques.

Mais le peuple héroïque guinéen ne laissera jamais prospérer ces magouilles tellement bien ancrées et orchestrées par un système bien huilé, instauré depuis belle lurette par un lobby trop restreint, composé d’occidentaux et de représentants de l’appareil gouvernemental, des pontes du régime. Plus d’une centaine de morts guinéens qu’Alpha Condé aura délibérément fusillés avec l’indifférence totale de la communauté internationale, depuis son avènement en 2010.

Les exactions continuent de plus belles, jusque dans les concessions des peulhs, ethnie majoritaire à laquelle appartient l’opposant le plus craint, Cellou Dalein Diallo.

La Cour pénale Internationale, la Procureure Fatou Bensouda se fait instamment désirer en Guinée. Les organisations des droits de l’homme, la société civile, soyez plus regardantes à cette alarmante situation qui se passe en Guinée. Une apocalypse à la Rohingyas bis est entrain de se passer en Guinée d’Alpha Condé sans aucune réaction de la communauté internationale.

Des millions de guinéens qui auraient pu aider leur pays à se développer, à travers leurs expériences dans des domaines scientifiques et techniques très pointus, mettent paradoxalement leur savoir-faire à la disposition d’autres pays où ils ne sont pas originaires, faute d’espaces de liberté et de démocratie.

Le grand défi à relever en Guinée malgré d’autres points plus saillants, c’est de vaincre l’ethnicité et le manque de démocratie. Revoir sans état d’âme tout un système tellement phagocyté en attaquant le mal à la racine. D’abord, casser le mode de fonctionnement des méthodes de recrutement dans les forces de défense et de sécurité et dans l’administration aussi.

Chasser le naturel, il revient aux galops.

Des experts des Nations-Unies, instructeurs militaires, s’en étaient chargés, il y a quelques années, pour restructurer l’armée, mais une fois que la question ethnique est ancrée dans les consciences, rien n’y fera. La conscience collective populaire est brisée et le peuple vit dans une peur et une méfiance permanente.

Tous les leaders politiques et de la société civile butent devant ce rempart, Alpha Condé, pour ne pas le nommer, à la solde des occidentaux, tenant fermement à son 3ème mandat à la prunelle de ses yeux. Ce qui serait antidémocratique. Cellou Dalein Diallo a même failli tomber récemment sous les balles de l’Armée ethnique entièrement dévouée au roi.

Vraiment en Afrique, continent d’avenir et d’espoir d’ici 2035, où il sera peuplé d’un milliard trois cent millions d’habitants, il urge de semer une graine de paix contre une graine de violence pour récolter une démocratie, signe de stabilité sociale pérenne dont la Guinée et le continent aspire depuis.

Vivement que ce triptyque : Transition- Réforme- Election, cesse de hanter le sommeil de certains dirigeants africains qui n’attendent que la mort pour quitter le pouvoir.

Par l’adjudant en retraite Ndiapaly GUEYE,

  • Secrétaire général du Front pour l’Ouverture, l’Unité et la Défense de laRépublique (FOUDR),
  • Ancien présentateur de l’émission radiophonique « Armée-Nation » à la RTS,
  • Diplômé de la DefenseLanguage Institute (DLI) et de la Defense Information School (DINFOS) aux Etats-Unis d’Amérique,
  • journalistes spécialiste en Relations publiques.
  • Email : ndiapalygueye@yahoo.fr Cellph : (00221) 775712295 ou (00221) 706422098