Le PIT: « l’alliance entre déçus du parrainage et la société civile devrait être combattue « 

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PIT qualifie de «dangereux» le jeu de certaines organisations de la société civile. Il s’agit, précise-t-il, « de celles-là qui ont participé au combat contre le parrainage en faisant flèche de tout bois dans la presse et dans les réseaux sociaux

A cet égard, le parti d’Amath Dansokho estime nécessaire « de prendre la pleine mesure de la mutation de beaucoup d’organisations de la société civile aux fins de mieux cerner leurs motivations.» Pour cause, renseigne-t-il, ayant proclamé en vain, plus d’une décennie durant, « la disqualification des politiques » concernant la gestion des « Affaires de la Nation », elles tentent maintenant de s’imposer comme actrices politiques, remisant leur mission de veille citoyenne.

Mieux ou pire, elles veulent s’ériger en censeur des décisions du pouvoir judiciaire, comme en attestent leurs derniers commentaires relatifs au Conseil constitutionnel. «Le parti de l’indépendance et du travail en déduit que » la volonté des gouvernants de les associer à « l’élaboration des politiques publiques » et au « processus électoral », à travers l’organisation de concertations nationales sur les sujets à traiter, leur donne le sentiment d’être réduites à la position de « faire valoir », alors qu’elles aspirent à être des « contre pouvoirs réels ».

Dans ce cadre, le parti de gauche estime leur alignement sur les positions de l’opposition leur permet de contribuer à entretenir artificiellement un climat de tension politique et sociale qui « pourrait justifier leurs nouvelles ambitions. »»

En clair, leur stratégie consiste à « jeter de l’huile sur le feu » pour ensuite se présenter en « sapeur-pompier » !

Pour le PIT, c’est cela qui ressort de la récente déclaration du Forum Civil et peut être déduit de certains propos tenus au cours de la conférence des sept membres de la Société Civile. Des membres qui, rappele-t-il, ont été associés par le Conseil Constitutionnel comme « observateurs indépendants » et non, comme « contrôleurs » au même titre que les 7 sages détenant cette prérogative de par la Loi.
Ces « observateurs » vont jusqu’à dire qu’ils souhaitent que la loi sur le parrainage citoyen soit remplacée par le « parrainage par les élus et les citoyens ». Une proposition pourtant rejetée lors des concertations pour son manque d’équité entre les prétendants disposant d’élus et les autres qui n’en disposent pas …
Pour le PIT, « l’alliance stratégique qui se dessine, entre les déçus du parrainage et certaines organisations de la société civile, pour entretenir artificiellement un climat de tension politique en perspective de la Présidentielle du 24 février, devrait être, au plus tôt, vigoureusement combattue par tous ceux qui ont à cœur la préservation de la paix civile et de la stabilité au Sénégal.
Omar Ndiaye
%d blogueurs aiment cette page :