Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

L’écrivain ivoirien Bernard Dadié n’est plus

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bernard Binlin Dadié n’est plus. Le célèbre écrivain et homme politique ivoirien est décédé. Il a déposé définitivement la plume, ce samedi 9 mars 2019, à Abidjan. La nouvelle de son décès a été confirmée par des sources très proches de l’homme.

Agé de 103 ans le 10 janvier dernier, Bernard Dadié était gagné par le poids de l’âge. Mais, l’homme n’a jamais renoncé à son engagement politique.

Président d’honneur du Congrès de la résistance pour la démocratie (Cnrd), il en est resté le garant moral jusqu’à son départ dans le silence des mots.

Ancien compagnon de lutte des périodes de l’indépendance au Pdci-Rda de feu Félix Houphouët-Boigny, dont il aura été le ministre de la Culture et de l’information de 1977 à 1986, l’auteur de «Climbié» s’est rapproché du Front populaire ivoirien (Fpi) de Laurent Gbagbo, après le décès du père de la Côte d’Ivoire moderne.

L’écrivain centenaire s’est toujours affiché comme un farouche adversaire au régime actuel dirigé par Alassane Ouattara, l’ancien Premier ministre de son mentor. A plusieurs occasions, Bernard Dadié n’a pas hésité à se faire entendre sur la politique du pouvoir ivoirien.

Bernard Dadié quitte le monde des vivants au moment où Laurent Gbagbo, devenu son filleul politique séjourne sous une liberté conditionnée en Belgique, après avoir été acquitté par la chambre préliminaire de la Cour pénale internationale devant laquelle il comparait depuis plus d’une demie-décennie.

Homme politique engagé, mais aussi et surtout homme de lettres très célèbre par ses écrits, le fils d’Agboville, natif d’Assinie en 1916 reste immortel de par ses œuvres. Une vingtaine de publications qui meublent les bibliothèques de partout le monde et dont certains sont au programme dans des écoles et des universités. L’on pourrait citer entre autres, « Climbié », « Le pagne noir », « Légendes africaines », « Béatrice du Congo », « Les voix dans le vent » ou « Un nègre à Paris ».

Des œuvres qui transcendent tous les genres, de la poésie aux chroniques en passant par les nouvelles et le théâtre. Disparition de Bernard Binlin Dadié ! Une véritable bibliothèque qui ferme….

Honneur à l’homme de Lettre et de Culture!

Omar Ndiaye