Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Les Sénégalais pourraient être privés de pain pendant trois jours

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les boulangers du Sénégal envisagent d’aller en grève, ce, pour une durée de trois jours dès mercredi 17 avril 2019. Le réveil risque alors d’être amer à compter de cette date. Les Sénégalais pourraient être privés de pain pour les prochaines 72 heures ? Ce, si, d’ici demain, un accord n’est pas trouvé entre le gouvernement et les boulangers.

Les boulangers du Sénégal menacent, en effet, de boycotter la production à partir de ce mercredi, 17 avril. Ce qui pourrait être durement ressenti par les populations. D’après une étude, huit millions de baguettes de pain sont consommées par jour au Sénégal. Le pain fait ainsi partie des denrées de première nécessité dans ce pays.

L’origine du problème est à chercher dans un arrêté du 6 juin 2014 par lequel, le ministre du Commerce a procédé à la fixation du prix et à celle du poids du pain. La mesure permettait aux boulangers de passer d’une baguette de 210 grammes à une baguette de 190 grammes. Et avec le même prix. Alors que, d’après eux, le prix du pain, depuis plus de vingt ans, n’a pas connu de hausse. Et comme pour le gouvernement, le pain est un produit social dont il est impensable d’augmenter le prix, il était quasi impossible aux professionnels du pain de faire des bénéfices. Selon ces derniers, l’augmentation du prix du sac de farine à 18 mille francs n’est qu’un prétexte, mais la décision d’aller en grève avait été envisagée depuis longtemps.

D’après Amadou Guèye, président de la Fédération nationale des boulangers du Sénégal (Fnbs), cité par igfm, «l’Etat joue sur la conscience de la population». Mais, en réalité, il leur demande de fournir des baguettes vides. Parce que, de son avis, si un pain est de 190g, il ne peut se couper en trois morceaux. Ce qui n’arrange pas le père de famille qui n’a pas les moyens. Selon Amadou Guèye, pour faire une baguette de qualité, il faut au minimum 250g.

A Mbour, le problème du grammage du pain a été sanctionné par la population qui pense que le pain n’est pas de qualité. Là-bas, les boulangers proposent de diminuer de 10 francs le prix de la baguette. Mais, l’Etat les oblige à diminuer non seulement les prix, mais aussi le poids et la longueur. Ce que refusent catégoriquement les boulangers. Ces derniers se disent prêts pour une négociation avec le nouveau ministre du Commerce pour rétablir les normes sur le prix et le poids du pain.

Avec Walfnet

Laisser un commentaire