Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Limousine présidentielle en feu : craintes fondées par rapport à la sécurité de Macky

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vie du président de la République serait-elle en danger? En tout cas, après que la limousine présidentielle a pris feu au niveau du village natal d’Ousmane Tanor Dieng, le palais essaie d’y voir plus clair.  Le moins que l’on puisse dire est que cette affaire est prise très au sérieux par les autorités.

Ibrahima Ngongo, expert routier et ancien directeur directeur adjoint du service automobile de la présidence pointe lui du doigt la négligence de ses anciens collègues qui auraient dû s’assurer de l’État de la route. L’Ageroute est accusé, pour sa part, par des proches du président d’avoir installé des dos d’âne non réglementés. 

Au même moment, Thierno Bocoum exige une enquête policière pour élucider ce qui s’est passé à Nguéniene. « C’est une question de sécurité nationale qui ne doit en aucun cas être rangée dans la rubrique des faits divers d’une obsèque nationale », persiste l’opposant qui rappelle que « Ce n’est pas la première fois que le Président de la République du Sénégal, Macky Sall, se retrouve confronté à des problèmes avec sa voiture de service. C’est inédit de voir la même faille de sécurité réapparaître et impliquant directement un Président de la République », fustige-t-il. 

Nhnews a appris que ce n’est pas la police qui est chargée de l’enquête. C’est plutôt la gendarmerie. Seulement, cette dernière n’est pas habilitée à donner certaines informations sachant que la voiture en question est sous la responsabilité de la présidence. Néanmoins, Nhnews sait qu’une expertise technique est en train d’être faite pour élucider les causes de l’incendie. 

L’enquête peut prendre un certain temps informent les sources de NHnews. Elle permettra de dire si la limousine a été victime d’un sabotage ou bien si cet incident est consécutif à une panne électrique. Dans  les deux cas, des têtes risquent de tomber puisque la voiture, une Mercedes Maybach S600, a été acquise il y a sept mois seulement et  utilisée pour la première fois par le chef de l’État le 2 avril 2019, date de la cérémonie de sa prestation de serment, au Centre des expositions de Diamniadio.

La deuxième fois, c’était deux jours après, lors du défilé, marquant la fête de l’Indépendance du 4 avril.

Omar Ndiaye