Massacre des Peuls au Mali : Un Crime contre l’Humanité selon l’Onu

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suite au massacre de 157 Peuls à Ogossagou, la Mission des Nations unies au Mali ( Munisma) avait dépêché sur place une équipe d’enquêteurs du 25 au 29 mars 2019.

Des limiers  chargés « d ‘établir les circonstances de l’attaque et le déroulement des faits, et de permettre de situer les responsabilités de ce crime. »

Les enquêteurs ont livré leurs conclusions ce jeudi 2 mai 2019. 

Selon l’ Onu, « Le samedi 23 mars 2019, aux alentours de 5 heures du matin, un groupe composé d’au moins une centaine d’hommes armés, identifiés comme des chasseurs traditionnels ( Dozos) et accompagnés par une dizaine d’hommes en tenues militaires et d’autres en tenues civiles, a mené une attaque planifiée, organisée et coordonnée sur la partie Peule du village d’ Ogossagou. » 

S’ensuivit une confrontation entre les Dozos et des éléments Peuls qui faisaient partie d’un rassemblement de candidats au processus de  désarmement volontaire constitués en milice d’auto-défense.

Selon l’ Onu, «  Le groupe de chasseurs supérieur en nombre et en puissance de feu, a continué d’avancer sur le village, tuant de manière indiscriminée, hommes, femmes et enfants, et incendiant les maisons à l’aide de torches et autres combustibles préparés à cet effet. »

L ‘équipe de l’Onu qui a « localisé trois fosses communes contenant au moins 40 corps dans chacune des deux premières et au  moins 70 dans la troisième. » 

 Une attaque qui « s’inscrivait dans un contexte de nombreuses autres attaques similaires par des groupes de chasseurs traditionnels à l’encontre des populations Peules. Ainsi les atteintes aux droits de l’homme documentées à Ogossagou, prises dans leur contexte et jugées par un tribunal compétent, pourraient être qualifiées de crime contre l’humanité.  » 

Serigne Mbacké Ndiaye 

%d blogueurs aiment cette page :