Médinatoul Salam : Une zone de non droit en pleine république

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il est le symbole de la démission de l’état dans ses fonctions régaliennes de sécurisation des personnes et des biens et de veille à l’égalité de tous les citoyens devant la loi.

Malgré son nom qui appelle à la paix, Médinatoul Salam est en réalité un repaire de hors la loi depuis que Béthio Thioune en a fait son quartier général.

De son vrai nom Keur Samba Laobé, la localité est située dans le département de Mbour.

 Béthio Thioune y aurait vu le jour. En 2006, il y retourna pour s’y installer définitivement.

Il débroussailla la localité avec l’aval du conseil rural de Malicounda de qui dépend Keur Samba Laobé, et entreprit son lotissement avec l’aide de Mayacine Thiam, un de ses disciples qui est géomètre.

Le travail terminé, il s’adjugea 444 parcelles et en octroya 50 à des refugiés Bissau Guinéens. 

Certaines parcelles seront distribuées à ses disciples, le reste sera à son usage personnel, et pour achever définitivement sa mainmise sur Keur Samba Laobé, il le rebaptisa Médinatoul Salam.

Il venait de donner une capitale aux Thiantacounes.

Une capitale qui s’affranchit aussitôt des lois de la république pour être soumise à celles du Cheikh. 

La vie des véritables habitants de Keur Samba Laobé devint des lors un enfer, surtout lorsqu’ils manifestèrent le désir de reprendre leurs terres spoliées.

Ils subirent la dure loi des Commandos du Cheikh et beaucoup se retrouveront à l’hôpital.

En effet, Béthio Thioune soutient que ces terres lui ont été attribuées par le président Abdoulaye Wade.

On se rappelle qu’à la veille des élections de 2012, le gourou avait promis une victoire éclatante au président sortant, appelant ses disciples à voter massivement pour lui et pour mieux les convaincre, n’avait pas hésité à dire qu’il avait reçu un Ndigueul de Serigne Saliou Mbacké, pourtant décédé le 29 décembre 2007. 

Comme on se rappelle aussi des gourdins vernis que trimbalaient  impunément ses disciples durant les présidentielles.

Quel a été le prix payé par Wade pour bénéficier de ce soutien ? 

La barbarie et les atrocités des disciples de Béthio Thioune à Medinatoul Salam ont certes culminé en 2012 lorsque 25 des talibés du Cheikh venus le voir sont attaqués par les Commandos armés de machettes, gourdins,  pelles, haches et armes à feu. 

Pape Babacar Diagne et Bara Sow y perdront la vie. 

Comble de l’horreur, Pape Babacar Diagne sera enterré vivant. 

Sa mère qui a témoigné ce jeudi 25 avril 2019 au procès, révèle que ce n’est pas la première ignominie des Thiantacounes.

Khady Penda Fall, la voix secouée de trémolos et de douleur difficilement contenue raconte comment les Commandos de Béthio Thioune,  dirigés par Cheikh Faye semaient la terreur à  Médinatoul Salam :  » Ils ont enterré mon fils vivant et je sais qu’il a beaucoup souffert «  souffla t-elle.

Mais avant le meurtre de son fils,  ils s’en étaient  déjà pris à sa petite fille décédée (la fille de Pape Babacar Diagne). 

Alors  que la fille était déjà  enterrée aux cimetières de Medinatoul Salam, les Commandos amenés par Cheikhou Diabaté, l’ont déterré (exhumé) et mit le feu à la voiture qui transportait la dépouille. 

Serigne Mbacké Ndiaye

Une pensée sur “Médinatoul Salam : Une zone de non droit en pleine république

Commentaires fermés.

%d blogueurs aiment cette page :