Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Migration-Sécurité  : nouvel appui budgétaire de l’UE au Niger

L’Union européenne a annoncé cette fin de semaine avoir décaissé en faveur de l’Etat nigérien une aide de 41,7 millions d’euros, soit environ 27,3 milliards de francs CFA destinés à financer des programmes portant sur la sécurité et la migration.

41,7 millions d’euros soit près de 27,35 milliards de francs CFA, c’est la somme que l’Union européenne (UE) vient de débloquer au Niger. L’information a été donnée par l’Organisation communautaire dans un communiqué indiquant que cette nouvelle opération vient compléter un premier versement de 51 millions d’euros (environ 34 milliards francs de CFA). Elle porte à 92,7 millions d’euros (un peu plus de 60 milliards de francs CFA) l’appui budgétaire de l’UE au profit du trésor national du Niger pour le compte de l’année 2018, soit un taux de décaissement de 88% sur 105,375 millions (environ 69,12 milliards de francs CFA) prévus.

A en croire l’UE, l’octroi de cette enveloppe s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de quatre programmes d’appuis budgétaires en faveur du Niger, financés par le Fonds européen de Développement (FED) ainsi que par le Fonds Fiduciaire d’Urgence pour la Migration et l’Italie. Ainsi, les fonds serviront à financer la Consolidation de l’Etat dans le cadre des projets SBC II et SBC AJUSEN «Migrations, sécurité et gestion des frontières». Ils financeront également deux programmes d’appui à la mise en œuvre des réformes et des politiques pour l’éducation et la sécurité alimentaire, nutritionnelle et le développement agricole durable (SANAD).

Des progrès dans la mise en œuvre des politiques sectorielles

Play Video

D’après l’UE, cette aide octroyée au Niger résulte d’une demande formulée par les autorités nigériennes à son endroit. L’Organisation communautaire européenne souligne que le Niger a enregistré des progrès dans la mise en œuvre des politiques sectorielles. Divers programmes sont concernés par ses progrès.

Il s’agit notamment de ceux portant sur l’éducation et la formation, la sécurité alimentaire et le développement agricole durable. L’état de mise en œuvre du «Programme de développement durable pour la prévention et la lutte contre la migration irrégulière» est également concerné par ce progrès, note l’UE qui reste le premier partenaire du Niger en matière d’aide au développement.

Partager