Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Mort de Mafatim Mbaye : la Police s’en lave les mains

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Joint par iRadio suite aux événements survenus cette nuit à Thiès, aux alentours de 23 heures, selon lesquels, la police serait mêlée à la mort d’Amar Mafatim Mbaye, le commissaire de Thiès, Modou Diagne, dément toute implication de la police.


Dans sa version, la police de Thiès évoque « un accident de la circulation ou un jet de pierres ». D’autant plus qu’indique le commissaire de Thiès, « il y a eu bel et bien des jets de pierres des conducteurs des jakarta-men contre les policiers, lorsque les forces de l’ordre ont arrêté l’un des leurs avec 500 kg de chanvre indien. Et c’est après l’opération, au retour du commissariat, qu’ils ont appris qu’il y a eu mort d’homme ».

Le commissaire Modou Diagne est formel : « (Mes) hommes n’ont pas du tout touché au conducteur de moto-jakarta retrouvé mort avec un sac de sel sur sa moto. »

Ce, au moment les conducteurs de moto-jakarka ne décolèrent pas. Après leur manifestation peu après la mort d’Amar Mafatim Mbaye, ils ont remis ça ce matin, en manifestant leur colère. Ils menacent même de se faire justice eux-mêmes, visant le présumé bourreau présenté comme un collaborateur de la police, un certain « El Capo ».

Pour parer à toute éventualité, des camions remplis d’éléments du Groupement mobile d’intervention (GMI) veillent au grain devant les locaux du poste de police des Parcelles Assainies (PA) de Thiès.

Par ailleurs, la famille du défunt est à l’hôpital Amadou Sakhir Ndièguène de la cité du rail. C’est pour obtenir les résultats de l’autopsie qui viendront de Dakar. Elle soupçonne une « volonté manifeste de protéger le (présumé) auteur », en décrivant un boulanger modèle.

« Ce matin, à la police des (PA) de Thiès, on nous a fait comprendre que la cause du décès serait un choc. Mais il n’en est rien, jure un des amis du défunt. La moto est restée indemne. Il a été tué à coups de pierres au niveau du menton. J’étais le premier sur la scène du crime, et il gisait dans une mare de sang. »

Nhnews

%d blogueurs aiment cette page :