Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Niass et la Commission Parlementaire : Les Douze Travaux d’Hercule

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il s’était donné 6 mois pour faire la lumière sur les accusations de détournement de 94 milliards portées par Ousmane Sonko contre  Mamour Diallo, ancien Directeur des Impôts et Domaines.

Seulement, plus de 2 mois se sont déjà écoulés sans que Moustapha Niass, le président de l’assemblée nationale parvienne, ne serait-ce qu’à mettre sur pied la Commission d’Enquête Parlementaire chargée de ladite mission.

Une Commission qui doit être composée de 9 membres dont les 7 venant de la Mouvance Présidentielle Benno Bok Yaacar, 1 du Groupe parlementaire Liberté et Démocratie et le dernier des Non Alignés.

S’il n’a que l’embarras du choix pour réunir ses 7 députés, Niass s’échine à la tâche  pour dégoter les deux derniers.

Le Niet du Groupe Liberté et Démocratie est catégorique et irréversible.

Selon le journal Source A, le président de l’assemblée nationale a alors approché le député Maire de Ziguinchor Abdoulaye Baldé  pour convaincre ses collègues Non Alignés d’envoyer un représentant : même refus. 

Dans un belle unanimité, députés du Groupe Liberté et Démocratie et Non Alignés lui ont servi une réponse commune relayée par Source A :

« Nous n’en voulons pas, nous nous solidarisons de Ousmane Sonko. Nous ne reconnaissons pas cette Commission. » 

Le leader de Pastef qui soutient que l’Affaire relève de la justice et qu’il appartient au procureur de la république, sur le bureau de qui il avait déposé une plainte, de se saisir du dossier.

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :