Ousmane Sonko face au Pouvoir : Solitude quand tu nous tiens

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que c’est loin cette belle fraternité  affichée lors des présidentielles de février 2019. Qu’elle semble jaunie cette photo des 4  candidats autour de la table au lendemain de leur défaite face à Macky Sall. De vieux souvenirs. Juste de vieux souvenirs. La réalité a repris ses droits.

Résultat de recherche d'images pour "Sonko, Madické, Idy et Pr Issa sall"

En politique la frontière entre l’amitié et l’inimité, l’adversité et le partenariat est ténue, volatile  et évanescente.

L’ennemi commun  est en train de devenir un potentiel partenaire pour certains, alors que le camarade de misère redevient un concurrent à affaiblir.

Face au rouleau compresseur de l’état qui menace  de l’écrabouiller, le leader de Pastef ne rencontre que la vacuité totale.

Aucune anfractuosité où se réfugier.

Aucun soutien de la part de ceux de qui il était en droit d’en attendre. Même pas de façade.

Idrissa Seck   candidat de  Rewmi, arrivé 2e  à la présidentielle  est reclus dans un mutisme riche de calculs et de projections.

Ce qui affaiblit Sonko ne peut que le renforcer.

Issa Sall du PUR ( le 4e )  a d’autres chats à fouetter.  Défénestré par  Serigne Moustapha Sy, il  est dans les limbes et a du mal à s’en extirper.

Plongé dans ses délires confrériques, Madické Niang ( le 5e) attend le miracle… Que  son marabout  l’installe au palais de la république, comme il l’a fait pour Senghor, Abdou Diouf, Abdoulaye Wade et Macky Sall.

Le rapprochement Sonko / Abdoulaye Wade a bien été constaté. On a même caressé le rêve de voir le secrétaire général du Pds adouber le leader de Pastef et l’élever au rang d’héritier putatif.

Une utopie.  

En effet, le Pds n’a aucun intérêt à se reprocher de Pastef. C’est Sonko qui a besoin de Wade et non le contraire.

Le patron du Pds souhaite plutôt un rapprochement avec Macky Sall  pour une évolution positive du dossier judiciaire de son fils Karim.

En se rendant au palais, Abdoulaye Wade sacrifie du coup son amitié naissante avec Sonko et le renvoie à son destin.

Même silence du côté des autres opposants : Pape Diop,  Decroix, Bougane Gueye Dany,Aida Mbodj…

Les présidentielles sont derrière nous et avec elles, les empoignades et les envolées mordantes. L’heure est aux négociations et aux compromis avec Macky Sall redevenu tout puissant.

Trop radical, trop incisif, Sonko est infréquentable.

Les seuls mots réconfortants lui viennent des activistes et du capitaine Dieye. Trop peu pour peser face  au danger.

Or sans un soutien massif, il n’a aucune chance devant la machine  de l’état actuellement en branle. D’où sa décision de descendre sur le terrain pour mobiliser ses troupes.

A commencer par sa base : Ziguinchor où  il  s’est rendu ce vendredi.

Serigne Mbacké Ndiaye  

%d blogueurs aiment cette page :