Parrainage : Le tsunami déferle sur l’opposition

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avis de tempête avait été décrété par les météorologues politiques. S’ils ont effectivement prévu un mauvais temps, ils se sont trompés sur sa nature. Ce ne fut pas une tempête, mais un véritable tsunami qui s’est abattu sur l’opposition.

En effet sur les 137 candidats à la candidature qui avaient retiré leur fiche de parrainage, seul 27 avaient pu déposer leur dossier au conseil constitutionnel à l’issue de la course aux signatures, et seuls cinq parmi eux ont pu les valider : Macky Sall, Karim Wade, Ousmane Sonko, Khalifa Sall, Issa Sall. 

Idrissa Seck, Malick Gakou et Madické Niang bénéficient d’une seconde chance, alors que tous les autres sont recalés. Au total 19 candidats.

Même s’il est le plus populaire, le doublon n’est pas la seule  raison d’un rejet de parrain.

Il y en a  deux sortes : 

  • Ceux qui sont susceptibles de régulation en application de l’article L57 du code électoral. Il s’ agit des parrainages invalidés en raison de la présence d’ un parrain sur plusieurs listes, lorsque cette invalidation a pour effet de faire passer le nombre de parrains en dessous du minimum requis de 2 000 parrains dans au moins 7 régions. 
  • Les rejets pour des motifs autres  que la présence d’un parrain sur plus d’une liste. Il s’agit notamment des motifs suivants :numéro de la carte d’identité Cedeao non conforme, doublons internes, région ou représentation diplomatique de vote non conforme, parrain non inscrit sur le fichier général.  

Si la mouvance présidentielle jubile en la personne de son chef, le président Macky Sall qui estime qu’il n’ y aura pas de combat faute de combattants, les leaders de l’opposition ne s’avouent pas vaincus.

Réunis au siège de Bok Gis-Gis de Pape Diop, ils ont rejeté en bloc le parrainage. Le collectif des 24, qui regroupe autant ceux qui ont validé leur parrainage que ceux qui ont été recalés par le conseil constitutionnel, estime que « La loi sur le parrainage, en dépit de toutes arguties aux apparences savantes, qui en ont servi de motifs fallacieux, n’était qu’une séquence de plus vers des élections sous contrôle de Macky Sall. »

Un parrainage  qui n’a pas réussi à diviser l’opposition, selon Mamadou Diop Decroix «  Admis ou non admis, ce parrainage n’est pas applicable. Issa Sall, Ousmane Sonko, Karim Wade, Khalifa Sall sont tous validés, mais ils sont là avec nous et ils disent ne pas reconnaître ce parrainage. »

Ils ont prévu une grande marche le 8 janvier prochain.

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :