Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Parrainage : Les 2 leçons majeures

Au delà de la réduction drastique du nombre de postulants qui passent de 136 à 7 en attendant la publication de la liste définitive par le conseil constitutionnel d’ ici le 20 janvier, le parrainage révèle de nombreux enseignements, dont deux qui paraissent fort intéressants.

La primauté de l’engagement politique sur celui citoyen

Ces élections présidentielles ont vu de nombreux acteurs de la société civile se jeter dans la bataille pour la conquête du pouvoir. Rompre avec un système qui dure depuis les indépendances et qui n’a généré que corruption et mal gouvernance, tel fut leur crédo.

Certains, à l’image du capitaine Mamadou Diéye ou du juge Ibrahima Hamidou déme n’ont pas hésité à démissionner avec fracas de leur poste pour aller à l’assaut de la
présidentielle, alors que d’autres (Bougane Gueye Dany) étaient plutôt connus pour leurs œuvres sociales.

A l’arrivée, aucun d’entre eux n’a réussi à passer le cap des parrainages, malgré leurs bonnes intentions. Sur la pré liste des candidats, ne figurent que des politiques.

Le vivier de Wade est toujours présent

En quittant le pouvoir en 2012, le président Abdoulaye Wade avait laissé un héritage électoral de 34,20%.
La liste des candidats ayant franchi le filtre du parrainage montre que malgré les assauts répétés de Macky Sall pour l’anéantir, ce strate, même s’il a été entamé par de nombreuses défections ( Fada, Serigne Mbacké Ndiaye, Pape Samba
Moup, Aida Mbodj, Pape Diop…) est toujours là.

Karim Wade et Madické Ndiaye, qui n’ont eu aucun problème à réunir largement le nombre de signatures requises le prouvent à merveille.

Serigne Mbacké Ndiaye

Partager