Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Passeport diplomatique, bulletin de naissance, certificat de décès… : Au Sénégal, tout est à vendre

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La décision du président Macky Sall de rationaliser l’octroi des passeports diplomatiques, peut faire croire que seuls les Sénégalais en profitent. En fait, le bazar est tel, que n’importe qui peut s’en retrouver détenteur. Au même titre d’ailleurs que tout autre papier administratif.

En effet, Le système de corruption et de mal gouvernance permet toutes les dérives, même les plus invraisemblables.

Ainsi, pour disposer d’une bourse entière à l’Université, les étudiants n’hésitaient pas à présenter des certificats de décès de leurs parents, pourtant bien vivants.

Au pays de la téranga, seuls ceux qui ont les poches vides ou qui ne connaissent pas les circuits se retrouvent dans l’impasse.

En 2015, des centaines de passeports diplomatiques sont dérobés au ministère des affaires étrangères et vendus 4 millions de francs CFA la pièce.

Ce trafic de passeports qui est une vielle tradition, bien connue des plus hautes autorités, si elles n’en sont pas les cerveaux.

En 2007, le président Abdoulaye Wade accusait Moustapha Niasse, d’avoir ouvert un bureau consulaire à Hong Kong quand il était ministre des affaires étrangères ( en mars 1979 puis de juin 1993 à juillet 1998) où il vendait des passeports diplomatiques Sénégalais :

« Moustapha Niasse vendait des passeports à des Chinois qui voulaient se rendre aux Usa ou ailleurs. Il l’a reconnu. »

Coïncidence ou pas, le 31 décembre 1998 (à l’époque, il n’ y avait pas encore autant de Chinois au Sénégal), le cadavre d’une Chinoise est repêché dans la Seine en France. On trouvera un passeport diplomatique Sénégalais par devers elle délivré le 24 décembre 1997.

Serigne Mbacké Ndiaye

%d blogueurs aiment cette page :