Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Patrimoine africain : vers une restitution

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

85 à 90% du patrimoine africain serait hors du continent, selon les experts. Les anciennes puissances coloniales doivent-elles restituer les oeuvres de ce patrimoine à leurs pays d’origine? La question fait débat après la publication d’un rapport en ce sens en France. Dans ce « Club », vos commentaires à ce sujet et l’avis du directeur général de l’Institut des Musées nationaux de RDC !

 

La question suscite un vif débat depuis que le président français Emmanuel Macron a laissé entendre qu’il serait possible de rendre aux Africains, des objets d’art emportés d’Afrique durant la période coloniale voire après. Mais comment est-ce possible ? Quelle place ont ou auront ces objets en Afrique et que dit l’UNESCO sur le sujet ?

Restitution partielle ou totale ? Quel sort pour le patrimoine africain présent dans les musées en France, en Grande Bretagne en Belgique ou en Allemagne ? Questions relancées par la demande d’un petit pays d’Afrique de l’Ouest, le Bénin, dont les nouveaux dirigeants arrivés au pouvoir en 2016 exigent avec une certaine insistance que la France, ex-puissance coloniale, rende les objets culturels qui ont été selon certains pillés durant la période coloniale.

Bode-Museum | Unvergleichlich: Kunst aus Afrika im Bode-Museum | 27.10.2017 – 2019 (SMB, Ethnologisches Museum, Martin Franken)
Un léopard du Royaume du Danhome (17è siècle) actuel Bénin exposé au musée ethnologique de Berlin

 

Le sujet a semble-t-il évolué ces derniers temps avec le président français Emmanuel Macron qui affiche une certaine disponibilité à accéder à cette demande : « il faut que le patrimoine de l’Afrique ne soit pas seulement visible dans les capitales occidentales » a-t-il notamment laissé entendre.

Simple déclaration ou véritable tournant ? Pourquoi faut-il retourner les objets concernés ? Les Africains sont-ils prêts à recevoir ces objets?