Pour dénoncer le hold-up électoral: Des millions de Maliens ont protesté le samedi …

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mécontents du vol de leurs voix lors de l’élection présidentielle qui vient de se tenir, des millions de Maliens ont marché à Bamako, Kayes, Nioro du Sahel, Mopti, Tombouctou, Gao, Goundam, Nianfunké…le samedi 25 août 2018. Même à l’extérieur, la diaspora a battu le pavé en France, en Italie, aux Etats Unis… L’occasion pour les marcheurs de rejeter les résultats définitifs proclamés par la Cour Constitutionnelle et de réclamer en même temps l’investiture de Soumaila Cissé qui, pour eux, est le président réellement élu par les urnes. 

 

A Bamako, la marche qui a commencé de la place de la Liberté pour rallier la Bourse du travail, a enregistré la présence du candidat Soumaila Cissé, accompagné de ses précieux soutiens comme Chokel Kokalla Maiga, Konimba Sidibé, le représentant du chérif de Nioro M’bouillé Haidara, le chroniqueur Ras Bath, les membres du directoire de campagne de la plateforme « Ensemble restaurons l’espoir » dont Tiébilé Dramé et plusieurs autres personnalités.

Depuis la place de la Liberté, on pouvait lire sur les affiches des messages forts de protestation du genre : « IBK, voleur ! Manassa, corrompue ! », « Notre victoire ne nous sera pas volée. » et « Nous exigeons l’investiture de Soumaila Cissé le 04 Septembre »

Les manifestants, venus de tous les quartiers de Bamako, ont ainsi massivement répondu à l’appel lancé le samedi d’avant par l’opposition républicaine et démocratique, par la voix du candidat Soumaila Cissé, non moins chef de file de l’opposition malienne. Ce dernier, déjà reconnu comme président démocratiquement élu par son peuple et nul ne saurait douter de cela en ce moment crucial de l’histoire de la démocratie, s’est, à l’entame de ses propos, félicité du courage et de l’engagement de ses compatriotes à lutter contre les fraudes, les bourrages d’urnes avérés et l’architecture des systèmes anticonstitutionnels faits pour trahir la volonté réelle du peuple par une parodie d’élection.

Pas un président  nommé, mais élu !

Pour les manifestants, il ne saurait être question d’accepter un président de la République nommé dans cette fonction, en lieu et place de celui réellement élu par le peuple. En effet, pour eux, la victoire de Soumaïla Cissé est volée par l’actuel président qui se trouve être nommé au nom de ses complices pour la sauvegarde d’intérêt d’autres nations et non de ceux du Mali.

Persuadé de son triomphe électoral, Soumaïla Cissé confirme ne jamais trahir la confiance des Maliens qui, selon lui, suite à la proclamation des résultats fallacieux de la Cour chargée des élections, se sont levés nuit et jour comme un seul homme pour dire non à la violation des règles électorales et au vol des suffrages exprimés par les Maliens, qui ont subi toutes sortes de traitements inhumains sur fond de mauvaise gouvernance lors de ces cinq dernières années, sous le régime d’IBK. Le porte-étendard de l’URD a aussi rassuré les démocrates maliens à pouvoir continuer à se battre pour l’alternance et l’aboutissement de ce combat, lesquels ont, dans le souci de la transparence des votes ultérieurs, opté de prendre ce chemin pour pouvoir élire, dans les jours à venir, les candidats de leur choix, mais non d’accepter de voir un pseudo vainqueur imposé par qui que ce soit.

En conclusion, Soumaila Cissé clarifie, contrairement aux apatrides et aux démolisseurs, sa volonté de faire du Mali ; « Un pays avec un président assis sur la paix et la non-violence, agissant de façon pacifique. Un pays avec des jeunes qui marchent sur les œufs sans les abîmer ».

« IBK est le président élu de la communauté internationale et non des Maliens »

Pour sa part, le chérif de Nioro, à travers son représentant, a manifesté son consentement pour la contestation, suite aux faux résultats proclamés par le ministre Mohamed Ag Erlaf et la présidente de la Cour Constitutionnelle. Avant de passer la parole aux autres, le représentant a, au nom de Chérif M’Bouillé, béni toutes les manifestations pacifiques qu’organiseront les Maliens contre ce régime d’IBK qui a fait, pendant ces cinq ans, ses preuves d’incapacité à faire face à ses engagements notamment pour la résolution des problèmes auxquels se trouvent confrontés les citoyens maliens.

Pour le chroniqueur Ras Bath, « IBK est le président élu de la communauté internationale et non des Maliens, avec l’engagement d’honorer ses engagements pris pour la défense des intérêts internationaux au détriment de ceux du peuple malien ». En réponse aux critiques et menaces cautionnées par le reconnu vaincu et voleur des suffrages du peuple, Ras Bath a tenu à réiterer sa position démocratique et révolutionnaire au public pacifiste qui confirme ne reconnaitre que Soumaila Cissé comme l’unique président élu par la Nation malienne, en cette année électorale de 2018, sur toute l’étendue du territoire national.

Choguel Kokalla Maiga, Konimba Sidibé…s’engagent à aller jusqu’au bout de cette lutte noble et fondée

Présents lors de cette grande marche de protestation, les candidats Choguel Kokalla Maiga, Konimba Sidibé…ont à leur tour, et sans détour, réitéré leur engagement à suivre la jeunesse malienne dans cette lutte noble et fondée pour tout bon démocrate. Pour eux, cette lutte ne se restreint pas à la situation actuelle car, pensent-ils, si ces systèmes de bourrage d’urnes et autres fraudes électorales continuent, il ne servira à rien que les Maliens aillent désormais aux urnes ou que dans le pays on organise les différentes élections prévues par la Loi. Parce que le choix du peuple ne sera pas accepté par les tricheurs et les bourreurs. Donc, précisent-ils, il est grand temps que se réveillent les Maliens pour lutter contre ces pratiques nuisibles à la démocratie et aux valeurs républicaines prises en otage par IBK et ses suppôts.

Plusieurs dizaines de milliers de Maliens de la diaspora sont sortis pour rejeter les résultats frauduleux

En plus de Bamako, Kayes, Nioro du Sahel, Mopti, Tombouctou, Gao, Goundam, Nianfunké, Diré, en France, aux Etats-Unis d’Amérique, en Italie…plusieurs dizaines de milliers de Maliens de la diaspora sont sortis pour rejeter les résultats frauduleux proclamés par la Cour Constitutionnelle et réclamer en même temps que Soumaila Cissé soit investi, parce que véritable vainqueur de cette élection présidentielle. Tous affirment être déterminés pour l’atteinte de leur objectif, à savoir le respect des voix des Maliens.

 

Source : Mamadou Diarra / maliweb.net

%d blogueurs aiment cette page :