Pour Jérusalem/Al Qods, le roi du Maroc et le Pape signent un appel commun

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C’est un peu la surprise des deux chefs d’Etat. Rien dans le programme officiel ne laissait entendre la signature d’un tel document. En marge de sa visite au Maroc entamée ce samedi 30 mars, le pape François s’est joint au roi Mohammed VI, pour signer un appel en direction de la préservation du caractère multi-religieux de la ville de Jérusalem, ville du Proche-Orient très importante pour la religion chrétienne et la religion musulmane qui désigne la ville par Al Qods.

Le roi Mohammed VI signe avec son titre de «Commandeur des croyants». Le pape François quant à lui signe avec celui de chef de l’Eglise catholique. En plus de leur autorité religieuse, les deux hommes signent aussi avec leur fonction de chefs des Etats respectifs du Maroc et du Vatican.

Conserver le «caractère spécifique multi-religieux» de Jérusalem Al Qods

Un double symbolisme qui renforce l’appel lancé, ce 30 mars à Rabat, par les deux autorités. Secret de coulisses bien gardé, la signature de cet appel est intervenu dans la salle du trône du palais royal de la capitale marocaine, en marge de la visite du souverain pontife au Maroc.

«Nous pensons important de préserver la Ville sainte de Jérusalem / Al Qods Acharif comme patrimoine commun de l’humanité et, par-dessus tout pour les fidèles des trois religions monothéistes, comme lieu de rencontre et symbole de coexistence pacifique, où se cultivent le respect réciproque et le dialogue», lancent les deux chefs d’Etat dans un message dont lecture a été donnée en arabe et en italien. «Dans ce but, doivent être conservés et promus le caractère spécifique multi-religieux, la dimension spirituelle et l’identité particulière de Jérusalem / Al Qods Acharif», poursuit l’appel.

Surnommée la «ville trois fois sainte», Jérusalem abrite le mur des Lamentations pour la religion juive, l’église du Saint-Sépulcre pour les Chrétiens toutes confessions confondues et la Mosquée Al Aqsa (le Dôme du rocher), le troisième lieu saint de l’Islam. Ce qui en fait un lieu historique et spirituel d’une importance capitale pour les trois religions monothéistes. Anciennement placée sous protectorat britannique, la ville est aussi au centre de revendications territoriales et géostratégiques.

Jérusalem/Al Qods, stratégique

Ce lieu de tensions inter-religieuses, la « ville trois fois sainte» est partitionée par l’ONU en 1948, Jérusalem-ouest pour la communauté juive, Jérusalem-est pour la communauté musulmane. Mais elle se trouve depuis 1967, sous contrôle de fait de l’Etat israélien. Après une intense politique d’installation de colonie, la ville est déclarée unilatéralement comme capitale d’Israël.

En dépit de la non-reconnaissance internationale, les Etats-Unis entérinent cette décision. Donald Trump qui s’appuie sur un décret de reconnaissance datant des années 1980 qu’il fait exécuter en décembre 2017. Depuis l’ambassade américaine a été transférée en mai dernier, suivie de celles de plusieurs autres pays.

Le souverain marocain est également le président du Comité Al Qods, une organisation créée sous l’égide de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) et destinée à «préserver le caractère arabo-musulman» de la ville sainte. Presque à la veille de celle du pape, c’est dans le cadre de cette mission que le roi du Maroc a reçu en visite, le roi Abdallah II de Jordanie, dont la tutelle sur la Mosquée Al Aqsa et l’Eglise du Saint-Sépulcre est menacée par des tractations des Etats-Unis pour la signature d’un accord entre Israël et d’autres pays arabes.

L’appel conjoint entre-t-il en contrepoint de ces tractations? En tout cas, dans leur appel, le roi Mohammed VI du Maroc et le pape François, font le souhait que «dans la ville sainte soient garantis la pleine liberté d’accès aux fidèles des trois religions monothéistes et le droit de chacune d’y exercer son propre culte, de sorte qu’à Jérusalem/ Al Qods Acharif s’élève, de la part de leurs fidèles, la prière à Dieu, Créateur de tous, pour un avenir de paix et de fraternité sur la terre»

Avec LTA

%d blogueurs aiment cette page :