Prise d’otage

Partager
  •   
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nous, pauvres Gorgorlus, subissons l’appétit incommensurable des travailleurs, j’allais dire des cadres, de la Société des Eaux du Senegal (SDE) qui réclament  10 voire 15 pour cent d’actions dans le capital de leur société. Même si c’est normal, il n y a aucun droit syndical qui l’exige. C’est à dire l’Etat n’a aucune obligation à donner des actions à des travailleurs d’une société concessionnaire. Qui, à y regarder de près, ne fait aucun effort, sinon commercialiser le produit fini fourni par la SONES (Société nationale des Eaux du Senegal) après des investissements  estimés à plusieurs milliards de nos maigres Francs CFA.

C’est comme si vous construisez votre immeuble après un prêt bancaire et vous le laisser en gérance à une société immobilière qui vous réclame plus tard des actions dans votre capital parce qu’elle encaisse… l’argent de tes locataires! Et puis les dividendes que ces travailleurs de la SDE vont récolter chaque année ils vont se les partager entre eux. Alors de tout cela où se trouvent les intérêts de nous autres consommateurs qui alimentons tous les  bimestres
leurs caisses après leurs factures d’eau…salées.

Le President Macky SALL a raison de décréter  la réquisition générale de tous les travailleurs de la SDE qui doivent tous répondre présents à leurs postes de travail sinon ils seront punis comme ils ont puni une partie innocente du peuple restée plusieurs jours sans le liquide précieux qui est source de vie. Cette mesure a été prise quand les autorités ont constaté que la réquisition ciblée avait commencé à poser problème.

En effet, quand elles ont envoyé la première réquisition les employés étaient joignables mais la deuxième réquisition ces employeurs jouaient au chat et la souris avec les autorités administratives pour ne pas recevoir les notifications.

C’est au vu de cette manœuvre dilatoire que le chef de l’Etat a pris cette mesure salutaire pour abréger la souffrance de Sénégalais. Ce décret rappelle celui que Feu Mamadou Dia, alors President du Conseil de gouvernement, avait pris pour réquisitionner tous les travailleurs sénégalais en grève de 1959. Tous ceux qui n’avaient pas rejoint leurs postes de travail ont été immédiatement révoqués sans droit.

Alors nos travailleurs de la SDE n’ont qu’à revisiter notre histoire syndical et prendre la décision responsable.
Et puis toute cette colère des agents de la SDE n’est elle pas les conséquences de leur perte du marché de la vente de l’hydraulique urbaine au Senegal au profit de SUEZ qui prend les choses en main dès le 1er Janvier 2020. Cette punition, de nous autres consommateurs, est ce que l’on appelle les dégâts collatéraux de cette  guéguerre entre SUEZ et SDE pour ce fromage juteux qu’est la distribution de l’eau dans notre pays.   

Notre Radiakheman national, que dis-je, Me Madicke Niang est dans situation on ne peu plus compliquée. Il avait l’ambition de diriger notre pays à travers un parti politique qu’il était en train de mettre en place avec ses camarades comme Ibra Diouf Niokhobaye et autres Mamadou Mansaly (cet autre lion de la capitale du rail) qui nous promettait un brûlot sur les Wade. Mais voilà que son Marabout, le Khalife Général des Mourides lui demande de se dégager de la vie politique et de se consacrer à s’occuper des Sénégalais dans le besoin.

Est ce un dilemme? Comment ses camarades de fortune qui avaient décidé d’en découdre avec les libéraux du Parti Démocratique Sénégalais (PDS) aux prochaines joutes électorales? En bon talibe Mouride très respectueux du Ndigel, je vois mal comment notre Radiakheman va passer outre cette injonction. Seul Dieu le sait, diront les Déistes !

Guy Marius Sagna et ses camarades marcheurs sont dans les liens de la détention. Mais cette une situation qu’ils ont…souhaité et obtenu. Eh oui! Ce n’est pas que je suis méchant ou cynique mais parce que quelqu’un qui défend les masses ou le peuple, comme diraient les camarades de Guy Sagna n’est il pas plus judicieux de marcher dans les quartiers populaires, en banlieue à côté de ces populations besogneuses Maintenant on choisit de faire une marche Show dans les lieux stratégiques souvent interdits d’approche par mesure de Securite, pour les médias mais et surtout pour les les bailleurs de fonds qui financent ces ONG qui disent se battre pour les causes populaires.

Après on brandira une vidéo envoyée aux bailleurs et insérée dans les réseaux sociaux pour faire le Buzz!  Alors qu’on arrête le théâtre. 

L’héroïsme d’un homme politique ou d’un activiste  ne se mesure pas par le nombre de fois qu’il viole les lois de la République pour aller en prison mais plutôt par le respect strict des lois de la République en protestant contre des injustices. C’est cela le comportement responsable et tout le reste n’est que du théâtre de mauvais goût.

Abdou GNINGUE
Journaliste Citoyen du monde rural

%d blogueurs aiment cette page :